Le journalisme mène à tout ! Et un maire rural de l’Eure déménage en catimini en Russie…et le HAC est à vendre

C’est assez rare pour être souligné. Il vient de franchir le pas à la surprise générale en quittant dimanche son poste de présentateur des tranches de l’après-midi de la chaine d’infos en continu, LCI, pour annoncer, hier soir, qu’il rejoignait le Rassemblement national comme tête de liste aux Régionales à Paris en soutien à Jordan Bardella, candidat RN sur l’Ile-de-France et numéro deux du parti de Marine Le Pen. Aurait-il entendu des…voix, non pas celles de la vraie Jeanne d’Arc à Reims lors du sacre de Charles VII, mais bien plutôt de la fausse Jeanne de Montretout, le domaine « royal » de la famille Le Pen, sur les hauteurs de Saint-Cloud ?

Evidemment pour nombre de ses confrères et consoeurs et d’une partie de l’opinion, ca n’a rien d’infamant qu’un journaliste soit tenté à entrer en politique à gauche, chez les « verts » comme chez les « roses », comme Claude Serillon, Noël Mamère, longtemps présentateurs, comme Audrey Pulvar des JT du service public, mais à droite, et pire encore à l’extrême droite de l’échiquier politique, quel scandale. Il fallait oser se lancer dans la fosse aux lions de la médiacratie!

L’intéressé a reconnu ce matin ses amitiés électorales à l’égard de la famille Le Pen depuis plus d’une vingtaine d’années, même s’il a avoué qu’il n’aurait jamais rejoint le parti du temps du patriarche. Il aurait donc de ce fait entendu ces voix du parti (auquel il adhéré à l’automne dernier) depuis bien longtemps. Libre à celui qui a déjà exercé un mandat d’adjoint au maire dans sa commune de Plessis-Trévise entre 1989 et 2008. Un nom de héros des « Trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas. Il ne va pas manquer de ferrailler, le candidat parisien ces prochaines semaines !

Jeune sexagénaire, Philippe Ballard, fidèle au premier groupe européen de télévision TF1-LCI depuis 1994 après une carrière de 37 ans de journalisme commencée à Sud-Radio et deux passages par France-Info et RTL. « C’est un risque mais je l’assume, l’état de mon pays m’a décidé de sauter le pas, j’aurai pu effectivement finir en roue libre » a-t-il expliqué.

Il va donc se retrouver en confrontation…frontale avec son ancienne collègue star des journaux télévisés, Audrey Pulvar, déjà adjointe aux affaires agricoles au…Champ de mars, mais pas seulement, propulsée par la socialiste Anne Hidalgo et une…certaine Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté à Beauvau et future tête de liste probable de l’équipe en Marche dans la capitale. Une fois encore il aurait mieux fallu qu’elle se taise sur l’affaire de la tribune des généraux, plutôt que de participer à cette contre offensive ridicule du pouvoir en traitant le parti « mariniste »de putschiste! On peut se situer à des années lumières des thèses du Rassemblement national et le combattre sans la moindre ambiguïté, mais néanmoins ne pas s’abaisser à de telles caricatures qui ne font conforter que l’adversaire.

Ca va donc frotter dans le peloton en juin prochain à Paris. Une ville où il fait bon circuler (encore que!) à vélo mais beaucoup moins en auto, et où la campagne d’affichage et les slogans à ce même scrutin assumés par le « vert » Julien Bayou ont déjà fait polémique, autour du « boomergate »à l’égard des générations plus anciennes qui elles, d’une façon générale, votent davantage. Ce n’est qu’un début.

On n’en parlera pas au niveau national, mais son annonce a dû en surprendre plus d’un dans le village eurois et à la ronde de Bonneville-Aptot, près de Pont-Audemer où le maire, Gilles Riaux, dont c’était le troisième mandat, a annoncé en catimini aux seuls services de la préfecture et non même pas à son équipe municipale, son intention de céder son écharpe pour aller vivre en Russie (ce qui là n’on plus n’est pas banal) et tout abandonner pour (c’est un scoop!) rejoindre sa belle slave, une dirigeante d’entreprise d’une cinquantaine de salariés au pays de Poutine. C’est pas beau l’amour ? Un choix évidemment personnel qui ne l’empêchera pas néanmoins de revenir de temps en temps en Normandie (ses absences se faisaient de plus en plus nombreuses depuis plusieurs mois) comme simple conseiller municipal d’un village de moins de trois cents habitants. Et sans risque de me tromper il n’a pas connu son amie dans l’émission de Karine Lemarchand sur M 6 « L’amour est dans le pré » pour la bonne raison que le couple ne travaille pas aux champs! Même si Monsieur le maire a bien pris lui la clé des champs. Au revoir la grande mare (il habitait pas très loin), l’église très bien restaurée et la mairie, dont la façade reste illuminée toute l’année en bleu. Un peu de légèreté ne fait pas de mal en ces temps troublés…

Dernière heure spéciale havraise. Annoncée hier dans les colonnes du quotidien sportif l’Equipe et reprise aujourd’hui à sa Une par « Paris-Normandie » l’heure de la vente du club doyen de football du Havre (HAC) est bien venue. Son président américain, Vincent Volpe, annoncé comme le sauveur à la reprise du club, n’aura pas fait de miracles. Loin s’en faut…J’y reviendrai demain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :