Bouillabaisse avec arêtes et kouglof étouffants à la sauce régionale!

Ça va inaugurer à tour de bras pendant un mois. Une belle frénésie qui là ne concerne pas les vaccinations et les biceps! Jusqu’au premier tour des élections territoriales. C’est évidemment une coïncidence. Les chantiers ont pris du retard avec la crise sanitaire. Mais soyons rassurés les paires de ciseaux vont bien fonctionner et ne vont pas avoir le temps de rouiller d’ici au 20 juin prochain! Une petite photo par ci, une photo par là. Un bout de ruban tricolore dans la poche, nos chers élus, surtout ceux qui concernés par les Départementales et les Régionales sont sur le terrain surtout aussi pour se faire tirer le portrait et montrer leur meilleur profil sur les réseaux sociaux. J’en connais même qui vont jusqu’au… « Bout du monde » l’appellation du site, à moindre frais (pas pour les travaux bien sûr ) sur le front de mer à Sainte-Adresse, à la sortie du Havre, pour visiter une promenade justement réparée. Un exemple parmi tant d’autres. C’est de bonne guerre. Déjà qu’ils vont être privés de réunions publiques de campagne. On ne peut pas non plus tout leur prendre.

Candidat à sa propre succession, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, sénateur en attente, n’échappe pas à la règle en nous offrant son affiche en binôme avec sa partenaire du canton de Vernon avec un slogan probablement peut-être commun « Faire face » au nom de « La liste d’Union républicaine ». On ne peut pas faire plus soft et aussi peu explicite. Dans l’Eure comme en Seine-Maritime et ailleurs, les majorités départementales font dans la plus grande discrétion au niveau de l’affichage partisan. On ne veut surtout pas se fâcher avec personne. Les appartenances politiques d’un autre âge ont totalement disparu. Elles ne résistent que du côté gauche de l’échiquier.

Il n’y a plus qu’un seul parti pris: celui de la majorité. Qu’elle soit départementale, régionale ou nationale. Évidemment c’est plus facile. Dans l’ancienne Haute-Normandie, au niveau des Départementales, les Républicains, anciens et actuels et les Marcheurs (à la portion minimale en Seine-Maritime) font cause commune sans que cela ne choque personne.

Et surtout pas l’état-major de L.R qui, aujourd’hui, va recevoir à son siège de la rue de Vaugirard à Paris, l’homme par qui le scandale est arrivé dimanche: Renaud Muselier. Convaincu de haute trahison pour avoir scellé une alliance avec la bénédiction laïque de l’exécutif, avec le mouvement présidentiel dès le premier tour. A défaut du peloton d’exécution (la peine de mort n’existant plus) il risque au pire l’excommunication de son parti. Ce qui semblait très peu probable ce matin. Une église bien malade avec des fidèles totalement déboussolés. Il se disait même que le parti pourrait aller jusqu’à présenter une liste contre lui. Avec qui comme « tête de gondole » suicidaire? Quels seront les hommes ou les femmes, assez « fadas » comme on dit dans le midi, pour tenter l’aventure avec en plus l’assurance, le cas échéant, de porter le chapeau dans l’hypothèse d’une accession au pouvoir de l’ancien compagnon des années Chirac et Sarkozy, Thierry Mariani! Et les plus virulentes têtes d’affiche présentables (enfin façon de parler) ont déjà clairement qu’ils n’en seront pas, les Lisnard, le maire de Cannes, beaucoup plus intéressé par la possible primaire de la droite, l’ancienne groupie de François Fillon, Valérie Boyer, qui a quitté courageusement l’Assemblée nationale pour le Sénat à l’automne dernier et le flamboyant Eric Ciotti, qui tout aussi courageusement, avait renoncé aux municipales à Nice de peur de recevoir une cruelle leçon de son ancien camarade Christian Estrosi.

Une situation à la fois pagnolesque et anisée. Le sortant, Renaud Muselier, qui a remplacé en cours de mandat son copain Estrosi privilégiant son mandat niçois, a ajouté un peu d’eau dans son pastis en annonçant qu’il n’y aurait pas plus de ministre que de parlementaires sur sa liste. La ministre Sophie Cluzel pourrait être sacrifiée sur l’autel d’un éventuel compromis.

Ce qui a fait dire hier au maire R.N de Perpignan, Louis Aliot « la droite folle est atteinte de la maladie de Castex-Jacob » en référence bien sûr à une ancienne maladie et grande crise touchant la race bovine!

Après avoir perdu la ville de Marseille pour cause, là aussi de divisions post-Gaudin et d’une très mauvaise préparation pour sa succession, la droite et le centre peuvent faire le grand chelem en perdant la Région la plus à droite de notre territoire. Bravo!

Si dans le sud, cela ne va pas très fort, l’est, non plus, ne se lève pas au mieux. Pour la droite et le centre avec l’entrée en scène hier, qui, certes, n’a pas fait les gros titres, d’une nouvelle ministre dans l’arène des élections régionales dans le Grand-est. Pas la plus connue, Brigitte Klinkert, ministre de l’Insertion professionnelle et ancienne présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, en rupture elle aussi de ban de L.R. Il est peu probable que l’intéressée se lance dans l’aventure sans avoir eu le feu vert de son patron de l’Elysée. Elle souhaite « le rassemblement le plus large possible du centre, de la gauche et de la droite de façon aussi à ce que l’intérêt public l’emporte sur celui partisan ».

Il faut là encore lever une armée de courageux prête à recevoir des coups dans un calendrier très rapproché avec un dépôt de candidatures au plus tard le 17 mai. Il est possible que cette nouvelle version du « je t’aime moi non plus » à la sauce alsacienne ne soit pas trop goûtée du côté du sortant L.R, Jean Rottner, l’élu menacé lui aussi par le Rassemblement national. La choucroute et le kouglof électoraux risquent d’être particulièrement étouffants…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :