« A très vite »! Rencontres sur le pavé et dédicaces…

Une chronique spéciale dédicaces. Dans le prolongement d’une partie d’après-midi passée sous la grisaille humide, sur le pavé du Havre. Qu’est-ce qu’une heure d’attente sur le trottoir surtout lorsqu’on y fait des rencontres inattendues! Dans la file d’attente des lecteurs qui viennent se faire dédicacer leur livre « Impressions et lignes claires » signé par les deux auteurs Edouard Philippe et Gilles Boyer. Déjà un sacré succès de librairie à peine un mois après sa sortie. Une silhouette « chapeautée » et masquée (bien sûr) s’offre à moi à quelques mètres. Il s’agit d’un candidat tête de liste aux élections régionales. En l’occurrence Laurent Bonnaterre, le nouvel ami du local de l’étape, l’ancien Premier ministre, qui comme tout le monde fait la queue…alors qu’il l’avait déjà rencontré quelques heures plus tôt. Ce serait mentir que d’avancer que les gens se bousculent pour converser avec lui. Sa notoriété, encore toute relative, ne pousse pas encore le public à se précipiter. Normal. C’est la première fois que je le rencontre. Ma seule curiosité, bien sûr, me conduit à engager la conversation après celle de retrouvailles avec un ami pendant lesquelles il est surtout question d’un proche commun, candidat lui aux Départementales au Havre. Les occasions « de se voir » sont rares en ces temps troublés de distanciation sociale. L’échange aurait pu ne pas dépasser le stade poli de quelques secondes, mais la présence à ses côtés d’un ancien ébroïcien constitue un double intérêt de « lecture ». Une lecture seulement interrompue si j’ose dire, de façon très agréable au demeurant par le passage, un peu plus furtif hélas! d’une ancienne bonne (mais encore très jeune) complice, l’une de mes plus belles rencontres de la campagne électorale, côté militants, revue très brièvement une seule fois depuis le mois de juillet dernier, alors qu’elle courait en tête du peloton familial et avec un bon rythme sur la  » Promenade des anglais » havraise. Ca tombe bien. Militante AGIR, ce que j’ignorais, je la pensais davantage LR. La toujours jeune mère de famille, dont le sourire est lui aussi masqué, ne cache pas d’entrée son intention de donner un peu de son temps lors de cette nouvelle campagne. Echanges sympas avec le candidat. Jusqu’à ce que la porte de la librairie, quelques minutes plus tard, nous délivre de cette longue attente (je reconnais que j’avais prévu d’abandonner s’il n’y avait pas eu ces motifs de m’attarder). Sésame, ouvre toi. Une dernière petite file à gauche pour « Doudou le havrais » et à droite pour l’ancien bordelais et dircab d’Alain Juppé. Le copain de plus de vingt ans du maire du Havre. Et nous voilà donc devant les deux tables. Et je précède toujours d’une place sur la file le candidat de la majorité présidentielle en Normandie qui, après mon très bref échange avec l’auteur, lui et c’est bien normal aussi, prolonge un peu plus son passage. Sans excès qui aurait été malvenu pour tous ceux qui attendaient encore. Il faut savoir s’effacer et ne pas laisser traîner (trop) ses oreilles curieuses. Il n’empêche: la discussion me semble très courtoise. Le contraire aurait été très étonnant. Surtout après les mots flatteurs d’Edouard Philippe à son égard la veille. Je ne retiendrai que cette phrase finale lancée par l’édile de la cité portuaire à son collègue maire de Caudebec-lès-Elbeuf: « A très vite ». Comprenne qui voudra…pourrais-ajouter de façon un peu malicieuse. Je n’ai en revanche pas aperçu la silhouette du « Duc de Normandie » Hervé Morin, dans la foule. Des souvenirs anciens politico-professionnels nous relient. Ca aurait été très drôle…

Ca fait quand même du bien d’oublier la terrible noirceur, pas seulement politique, de l’actualité. Les taches sombres s’ajoutent les unes après les autres. L’une concernait en cette soirée de jeudi l’annonce ayant provoqué une profonde onde de choc sur la cité maritime (mais pas seulement) : la disparition brutale à 49 ans de l’ancien gardien de but de football, Christophe Revault, la figure emblématique du HAC dont il a été également dirigeant et même entraîneur intérimaire. Pas seulement un sportif de haut niveau. Un homme unanimement apprécié et au grand charisme. Une lourde perte. Fidèle à ses couleurs bleu marine, et à sa ville, même s’il a aussi accompli une partie de sa carrière au PSG, à Rennes et Toulouse où il n’a laissé que de bons souvenirs. Personne n’est totalement parfait…

P.S Un petit clin d’oeil à un élu de l’Eure, vendéen de coeur et d’attache, que je ne connaissais pas avant l’ouverture de ce blog, qui, en raison de nouveaux ennuis de santé, a dû, au dernier moment, renoncer à sa candidature aux Départementales à Evreux, auprès de sa binôme, Stéphanie. L’intéressé de façon très courtoise, m’avait prévenu mercredi soir de sa défection avant que la l’identité des candidats ne soit divulguée officiellement. Une attention délicate à laquelle j’ai été très sensible. L’amitié même virtuelle par la voie des réseaux sociaux, comme avec nombre d’amis et d’élus de toutes tendances, croisés au cours de ma carrière professionnelle, restés fidèles en dépit de l’éloignement, ça a quand même du bon. Aussi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :