Hystérie collective pour une…Ascension au sommet du grotesque!

Les élections territoriales tournent à l’hystérie collective. Ce n’est plus « Plus belle la vie » mais plutôt sa nouvelle version « Plus moche la vie » plus seulement autour de la Canebière, mais un véritable et grotesque « feuilletonnage » dans la plupart des Régions, facilité en cela par tous les médias nationaux, dont la grande championne, la chaîne d’infos CNews, hors concours, devenus les meilleurs attachés de presse de la venue au pouvoir du Parti de Marine Le Pen.

Même si la palme d’or revient sans contestation possible aux sudistes de Paca, les nordistes ne sont pas en reste avec ce grand carnaval et ses grosses têtes. De ministres surtout avec à leur…tête d’affiche, le Garde des Sceaux, condamné à la peine maximale pour avoir osé, le temps d’une campagne, s’investir-un minimum-pour les caméras, hors des murs de la place Vendôme. Un scandale pour nombre de ses procureurs. Son objectif prioritaire n’est évidemment pas celui de siéger à Lille, mais bien de bouter le R.N de la présidence éventuelle du Rassemblement national dans les Hauts-de-France et…faire bien des misères au président sortant, Xavier Bertrand, dans le viseur du chasseur Dupond-Moretti. Ah si quelques balles perdues pouvaient suffisamment atteindre le candidat à l’élection présidentielle de 2022! Et le contraindre, le cas échéant, à faire moins le… « Darmalin » resté son ami (même s’il se dit que le ministre de l’Intérieur pourrait être poussé à jouer les serre-file symboliques dans le Pas-de-Calais), avec le mouvement macroniste tant exécré en vue du second tour.

Déjà trois sur la ligne de départ du troisième volet des « Ch’tis ministres en balade » sans Kad Merad ni Dany Boon et Line Renaud, les ministres pourraient encore être renforcés par un quatrième, voire un cinquième, avec le locataire de Beauvau. Ils vont peut-être monter un cinq majeur comme au basket!

Ce qui fait dire à certaines mauvaises langues bien pendues, surtout en cette période d’anniversaire du 10 mai « Macron a ressuscité le ministère du Temps libre de François Mitterrand ». En le multipliant par plus de dix si l’on en juge par le nombre de ministres candidats impliqués dans la plupart des Régions (au fait a-t-on des nouvelles d’Elisabeth Borne, « made in Normandie » ?). Ce qui a toujours été plus ou moins le cas dans notre histoire. Mais au pays de Macron, tout prend des proportions et bien souvent suscite des exagérations. On ne peut pas à la fois reprocher aux gouvernants de ne pas aller au charbon du suffrage universel et leur reprocher « En même temps » d’y aller en nombre. Voire même en surnombre, surtout qu’ils n’ont que des coups à prendre. Certes les ministres régaliens, surtout en ces temps de violences diverses et variées, ont peut-être d’autres « chats à fouetter » que de battre la campagne. Ca se discute!

Plus sérieusement en vue des alliances et autres retraits du second tour, dans les Hauts-de-France, il n’est vraiment pas assuré que les partis de gauche, pour une fois unis dès le premier tour, cèdent à un mortifère retrait dit républicain au profit du sortant. Comme en Paca d’ailleurs avec un suicide collectif prévisible…si l’on se fie seulement aux enquêtes d’opinions qui font le lit au RN et à son candidat, un ancien de la maison RPR puis UMP. Reste que la grosse sardine Le Peniste n’a pas encore bouché le port de Marseille et totalement « vérolé » le bassin méditerranéen. Tout est encore possible dans cette région « capitale » et fief jugé imperdable (mais ça s’était avant) pour la droite. « Arrêtez les conneries » a tonné l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, à l’adresse de ses amis Républicains, au top du top avec les Ciotti et autre Retailleau. Les mêmes sont moins regardants avec leurs amis ayant fait une alliance avec le parti souverainiste et de droite extrême, de Nicolas Dupont-Aignan en Bourgogne-France-Comté, région aussi susceptible de passer dans les filets marinistes.

Comme surtout le Grand-Est, au coeur d’une tempête et d’un psychodrame lié au rejet de la candidate Morano par le président sortant, Jean Rottner. L’accent méditerranéen en moins, ce dernier a tenu bon. Au grand désespoir des dirigeants parisiens de LR (même Rachida Dati qui pourtant ne la porte dans son coeur) qui souhaitaient sauver la « pôvre » Nadine, qui voit bien sûr une volonté du sortant de faire « ami-ami », comme dans le sud, avec les « affreux et lépreux macronistes ». Un délire très contagieux! Du nord au sud.

La contagion délirante a aussi atteint atteint l’Ile de France, où une nouvelle vague sondagière est plutôt favorable à Valérie Pécresse, qui devrait, sans coup férir, renouveler son bail. Ca va, ça vient. Les vents sont tellement porteurs qu’à gauche, Audrey Pulvar, la « candidate-lessive non pas Omo, mais bien « bobo » (plus verte et féministe que rose) lancée par Anne Hidalgo, vit un véritable calvaire dans une campagne ratée sur les grandes largeurs (pour l’instant) susceptible de lui « offrir » un score à la Hamon, de l’ordre de 6 ou 7 % qui sonnerait probablement la fin des ambitions présidentielles de sa « marraine » de l’hôtel de ville parisien! Son dernier avatar: le claquement de porte avec fracas de sa tête de liste socialiste en Seine-Saint-Denis!

Et pendant ce temps-là, la « Marine nationale » enrôle à tour de bras pour ses Régionales, dans le Grand-est avec un sénateur de la Moselle, Jean-Louis Masson, actuellement chez les non inscrits après toute sa carrière démarrée au RPR il y a bientôt 45 ans puis terminée à la droite de la droite, et en Bretagne notamment avec le créateur de la « Route du Rhum », Florent de Kersauson, le frère de l’ex-célèbre navigateur, Olivier, un intime du patriarche breton et du clan familial, et même en Normandie, plus précisément en Seine-Maritime, où Nicolas Bay accueille avec délectation sur sa liste (en cinquième position éligible) le renfort d’un…ancien espion, en la personne de l’ancien préfet, directeur général de la DST et député UDF de Cherbourg, Yves Bonnet, 85 ans. Qui lui, depuis de nombreuses années au sein du milieu associatif, ne se bat plus contre les espions venus d’ailleurs et pas davantage contre les moulins à vent, mais bien contre les éoliennes en mer. Chacun sa cible, à Nicolas Bay la charge des immigrés et Yves Bonnet, le nouveau « moussaillon » (âgé) du R.N, la lutte contre le « mirage éolien ». Elle n’est pas belle la politique ?

PS: Plusieurs listes citoyennes devraient voir le jour notamment dans le Grand-Est, en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes et des binômes se présenter aux Départementales. Le plus souvent formés par des Gilets jaunes, revendiqués comme tels. Leur motivation: le refus du port du masque! « Halte à la dictature ». Un beau slogan et programme en perspective pour des élections territoriales! Et si avec ça la participation au double scrutin de juin, ne s’envole pas, c’est à ne plus rien y comprendre…Faut-il se rappeler qu’autrefois, il arrivait à des électeurs et électrices devant le choix imposé pour un second tour, de se pincer le nez avant de mettre un bulletin dans l’urne…

Dernière heure: La secrétaire d’Etat, Sophie Cluzel, la grande victime de ce marché de dupes, a annoncé son retrait définitif de la bataille sudiste et son soutien à Renaud Muselier. Elle peut toujours rejoindre…le nord et s’ajouter au « quarteron » de ministres pas vraiment en retraite et non pantouflards!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :