Cinq majeur ministériel, opération commando et paris mutuels!

C’est fait. Nous aurons bien droit, comme je le laissais entendre, à un cinq majeur…ou mineur, au pays des anciennes « gueules noires » » qui pourraient néanmoins pour la circonstance se transformer en « gueules cassées » de la petite guerre lancée par le gouvernement sur les terres des Hauts-de-France. Cinq ministres dont les deux régaliens vont donc monter à la mitraille et au front face aux généraux d’en face, Xavier Bertrand et Sébastien Chenu. Au pays aussi du basket (la région dispose de deux clubs de l’élite, Gravelines et Le Portel, et d’un ancien « grand » des frères Degros, à Denain, la terre d’élection du leader du RN), n’est-il pas logique de voir le président Macron lancer une équipe de cinq joueurs de son équipe.

Reste que le risque est bien lui majeur pour le gouvernement, si par le pur des hasards, ce scrutin régional se mutait dangereusement en référendum anti-gouvernemental. Ca ferait désordre dans le tableau si la liste menée par le secrétaire d’Etat chargé des retraites (pas le plus connu) échouait même à se qualifier pour le second tour. Ce qui pourrait aboutir à une retraite gouvernementale pour plusieurs d’entre eux!

Tel ne sera pas le cas de la liste « rose-verte » en Normandie, qui, hier, s’est retrouvée à Bernienville, près de Ouistreham, dans le Calvados, site parmi les plus connus avec le plages du Débarquement du 6 juin 1944, où le commando de fusiliers marins mené par le capitaine de corvette, Philippe Kieffer-il ne reste plus qu’un seul survivant, Léon Gautier- s’était illustré pour libérer le village.

C’est sans rangers ni armes, et pas davantage en treillis ni bérets verts que la capitaine Mélanie Boulanger, tête de liste PS-EELV, y conviait sa petite armée pour une journée de « retraite » de cohésion des troupes pour la petite centaine de ses hommes et femmes de commando. Prêts à en découdre dans les urnes. C’est tout de même moins dangereux, même si le péril de se ramasser demeure…

On ignore encore si l’une des figures emblématiques du mouvement des Gilets jaunes, devenue en juin dernier conseillère municipale de l’opposition à Louviers, aux côtés de Philippe Brun (candidat lui aux Départementales dans cette même ville face à la première adjointe MoDEM, Anne Terlez) faisait partie de la « troupe ». Ingrid Levavasseur figurait en effet encore, il y a quelques semaines au nombre des candidates susceptibles d’intégrer cette liste en bonne place éligible. Mais l’intéressée aurait été « en dépit de son plein gré » placée sur la réserve et invitée à s’assoir sur un siège beaucoup plus éjectable. De quoi s’offrir une soupe à la grimace. Réponse définitive lundi prochain à 12 heures pour le dépôt final des listes.

Le suspense insoutenable sera aussi levé sur la participation ou non de la marcheuse Stéphanie Kerbrah en rupture avec son mouvement et qui a décidé de faire cavalier seul avec pour slogan « Pour vous et avec vous ». Sera-t-elle dans les stalles de départ dans le grand prix des Régionales ? Les paris restent encore ouverts avec une très grosse cote (pas d’amour) pour la députée du pays de Caux.

Si elle y parvint, cela voudra dire qu’elle a bien préparé son (mauvais) coup, pour le candidat de la majorité présidentielle, Laurent Bonnaterre, depuis des semaines, car on ne monte pas une liste sur cinq départements en quelques jours. Il ne faut pas se moquer du monde. Sans parler du financement d’une telle campagne électorale proche du million d’euros sans faire de folie extrême. Surtout lorsqu’on est assuré de ne pas décrocher la timbale minimale à savoir les 5 % des suffrages.

En attendant…« Godot-Philippe » (à qui le quotidien auquel il a collaboré lors de la présidentielle, « Libération », a consacré une belle place dans ses colonnes vendredi avec un titre très évocateur « Pour Edouard Philippe il faut savoir réseaux garder ») maintient encore un léger flou pour désigner officiellement son…cheval » préféré (qu’il me pardonne cette expression quelque peu cavalière) , en l’occurrence Laurent Bonnaterre. Le maire du Havre se montre en revanche davantage explicite lorsqu’il s’agit de soutenir bien normalement ses propres adjoints en nombre, candidats aux Départementales. Sur fond champêtre pas des plus dynamiques en toute objectivité, l’ancien Premier ministre pose amicalement sur les photos diffusées sur les réseaux sociaux. Ca ferait aussi un peu désordre s’il perdait l’une ou deux de ses « montures » locales sortantes (pour rester dans la registre équestre) dans cette course qui, en principe, néanmoins, ne devrait pas comporter trop d’obstacles pour elles (masculines et féminines bien sûr) . Encore que pour deux de ces binômes présents dans des secteurs difficilement prenables par la droite, le pari d’atteindre le poteau d’arrivée en tête semble aussi très difficile. Mais il arrive parfois aussi dans un parcours électoral, ici comme ailleurs, que des outsiders de droite comme de gauche l’emportent! Et je ne parle même pas des candidats du Rassemblement national qui seront, partout ou presque, placés!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :