Il n’y a pas que rails qui m’aillent!

Deux des chefs de file du Rassemblement national aux Régionales, le nordiste Sébastien Chenu et le normand Nicolas Bay ne voyageront peut-être pas ensemble dans le même train. Il leur faudrait en effet en priorité accorder leurs violons au niveau des rames.

Si le second attaque régulièrement le « Duc de Normandie » pour sa gestion de la desserte ferroviaire de notre région, le premier est visiblement moins critique. La meilleure preuve n’est-elle pas que le challenger de Xavier Bertrand s’est montré plutôt gentil avec Hervé Morin, se félicitant, au passage à niveau (forcément) de l’attitude ferme du président sortant de la la Région pour obtenir satisfaction de la SNCF. « Quand Hervé Morin a passé sa convention de performance avec la société nationale des chemins de fer et quand ça n’a pas fonctionné, il a arrêté de verser son aide pour ramener la SNCF à la raison. Il n’a pas mon étiquette politique, mais il a bien défendu l’intérêt des usagers« .

« Incroyable…Mégret, aurait-t-on pu entendre du temps de Jean-Marie « ! Le nordiste « félon » risque là d’être affublé du vocable du déshonneur suprême « de National traître » par son pote du RN. Il ne manquait plus que ça. Il ne va de tout de même pas exiger le peloton d’exécution pour son ami du « ch’nord », mais déjà au moins privé de fricadelles et de baraque à frites pour un moment du côté de Denain et des Hauts-de-France.

Si on commence à se fritter entre copains marinistes. Ce n’est pas chez LR ou entre macronistes que ces choses-là arriveraient! On pourrait reprendre le chant marin chaumois du berceau du Vendée Globe « Partons la mer est belle »…que j’entendais régulièrement au début de ma carrière professionnelle aux Sables d’Olonne.

Revenons sur terre: le président centriste en titre de la Région Normandie, lors de sa longue déambulation dominicale sur le marché des Halles centrales du Havre, accompagné de ses fidèles écuyers et écuyères, portant fièrement le petit oriflamme aux deux léopards (on ne peut pas oublier son rôle précurseur dans le rapprochement entre la Basse et la Haute-Normandie) à visiblement été bien accueilli par ses sujets « républicains ». Le climat s’est révélé plutôt bon enfant aussi avec une liste concurrente défendue par les fantassins d’En marche, enrôlés sous la bannière de la députée Stéphanie Kerbarh dont on ignore toujours si elle a été mise en quarantaine par le parti présidentiel pour haute trahison (c’est une image bien sûr) à l’égard de la liste Bonnaterre. Les militants et référents havrais LREM, pour leur plus grand nombre, ont, dès le départ, pris fait et cause pour la parlementaire surnommée la « Jeanne d’Arc » du pays cauchois et non pas du sinistre évêque Cauchon.

D’où l’absence de toute ou presque campagne de terrain autour du camp des « vilains traîtres » (c’est encore une image) défendant leur « oppidum » des Halles, peu fréquenté depuis deux mois par ce qui reste des troupes légitimismes. Ca va forcément laisser des traces de poudre, tout ça. Et des blessés (ma dernière image du jour) sur le carreau dans la…grande armée « philippiste » meurtrie bien évidemment par ces divisions principalement entre supporters des deux camps principaux de droite et du centre…

Même si certains amis de la « troisième colonne » imaginent dur comme fer toujours jouer les trouble-fêtes jusqu’à même coiffer sur le poteau leurs ennemis « bonnaterriens » et participer au second tournoi avec leur championne le 27 juin. La foi peut faire renverser parfois les montagnes pyrénéennes, mais dans le cas présent…il n’y a que Jean Lassalle, le barde béarnais, en « visio » samedi avec ses amis (rassemblés au stade Océane) de toute évidence futur président de la République! (sa Première ministre est toute trouvée) pour croire à l’impossible.

Les preux chevaliers et troupes de la « Jeanne d’Arc » normande, auront néanmoins bien mérité « quoi qu’il en coûte » d’avoir « mouillé » leur cotte de mailles dans ce duel inégal. Et ils ont dû avoir bien chaud en ce temps estival. Vraiment pas le temps pour enfiler une armure!

Les épées étaient heureusement elles rangées dans leurs fourreaux sur le stade du Vaudreuil où comme je m’en suis fait l’écho hier, l’ambiance était au beau fixe à l’image du temps, ce dernier dimanche, entre les troupes d’élus et de supporters des deux camps Morin et Bonnaterre, rassemblées sur le gazon pour supporter le jeune candidat aux Départementales, Louis Spreybrouck. Qui a de toute évidence marqué de jolis buts dans les filets de sa prestation. La jeunesse au secours de l’intelligence et d’une paix, même provisoire, toujours bienvenue! Toujours plus que celle de l’attitude scandaleuse d’un candidat suppléant aux cantonales dans l’Eure à Gisors, représentant de l’union de la gauche, dont les « discours de haine s’associant au pire prônant l’anti-police, l’anarchie et la destruction d’Israël sur des réseaux sociaux, écrivait hier, non plus le ministre, mais le président « D’ensemble pour l’Eure », Sébastien Lecornu. Ça tombe bien, c’est le même!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :