Les « éléphants » sont de retour et essaient de « barrir » à nouveau! Ca peut tromper énormément…

C’est la réouverture au public des parcs animaliers depuis déjà quelques semaines. Ca tombe bien, les éléphants sont de retour. Et ils entendent bien à nouveau sonner la charge. Encore très légère. Comme dans des magasins de porcelaine cassée. Des éléphants roses ça se voit de loin! Surtout dans des étroits couloirs. La preuve néanmoins avec le retour de barrissement de quelques uns des anciens…barytons du Parti socialiste qui retrouvent un peu de leur voix. Les élections régionales les ont revigorés et les ténors de l’ancien régime « hollandais » reprennent un peu de gras. Oh! le festin n’est tout de même pas si copieux que ça. N’exagérons rien, mais l’ex-chef de la « meute » devenu chef de l’Etat en 2012 pour un mandat unique, reçoit, conseille et échange dans ses bureaux, avec ses principaux soutiens lui restant. Dont Stéphane Le Foll, devenu depuis la débâcle présidentielle socialiste maire du Mans et opposant déclaré à Olivier Faure. Tous les deux ne partageront probablement pas des tartines de rillettes!

Après de longues années de disgrâce et de silence ou repliés sur leurs terres, ou tout simplement retraités de la politique, les Cazeneuve, Sapin, Rebsamen et autre Cambadélis, ont repris un peu du poil de la bête et s’imaginent peut-être revenir, pour certains d’entre eux, aux premières loges du grand barnum. Au moins dans le rôle de spectateurs actifs. La piste aux étoiles très filantes. Ca tombe là plus… »mâle » car les animaux sauvages ne sont désormais plus les bienvenus dans les zoos et autres cirques. Et les fauves d’hier, ont tout de même les griffes beaucoup moins acérées.

En attendant ils entendent bien encore rugir car ils n’imaginent plus laisser le leadership aux écolos comme certains, dont Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, en émettait l’hypothèse, avant les élections territoriales. Le successeur de « Camba » a changé depuis son fusil d’épaule et vise une candidature de la maire de Paris, Anne Hidalgo, que François Hollande continue d’observer de « façon jusque là bienveillante », tout en ayant un oeil bien ouvert sur le futur congrès du PS en septembre prochain. Un raout qui, de toute évidence, accompagnera la désignation du candidat socialiste en avril 2022!

Il en est un, dans l’Eure, qui n’a pas longtemps attendu, pour tirer le premier. A l’odeur du sang alléché! Cela faisait plus d’une douzaine d’années qu’il lorgnait sur le poste, succéder à Pierre Mendès-France et François Loncle. Le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, le MAJ, ou illusionniste du parti socialiste dont il a été le premier secrétaire fédéral dans ce département, voit son heure enfin arriver: être le candidat de l’ancien parti à la rose dans une circonscription (Louviers-Val-de-Reuil) qui s’est donnée dans la foulée de l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron, un député macroniste, Bruno Questel, l’ancien maire et conseiller général de Grand-Bourgheroulde, précisément défait lors des dernières départementales pour quelques voix seulement. Un recours a d’ailleurs été déposé par le parlementaire. L’un des cinq députés en Marche de l’Eure. Un grand chelem qui, quelle que soit l’issue du scrutin présidentiel, ne risque pas de se reproduire! Un accident industriel ou plutôt électoral, pour deux d’entre elles surtout, ça n’arrive pas tous les six ans. Et là, elles sont connues! Et pas forcément à leur avantage. Niveau « grande gueule » et discrétion absolue. Les appétits vont s’aiguiser dès la rentrée. La bataille pour les investitures ne fait que commencer.

Comme chez les Républicains, où il est urgent d’attendre selon quelques « officiers d’état-major » dont Christian Jacob. On joue la montre. Suisse ou pas. Avec ou sans aiguille pour le vaccin présidentiel. Le bon résultat obtenu lors des Régionales, même si ce n’est qu’un trompe l’oeil éléphantesque (vu aussi la participation et l’importance de la prime aux sortants) a plutôt servi de…garrot ayant empêché l’hémorragie. Les petits chefs, néanmoins gradés pour beaucoup d’entre eux, attendront le verdict (non pas judiciaire) du « grand sachem » Nicolas Sarkozy, sur son choix préférentiel, avant de choisir leur champion. Patience, patience…les carquois et les flèches empoisonnées vont ressortir!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :