« Plus de bistrot et moins de visio »!

Il n’a pas pour habitude de faire dans la nuance. La grosse ficelle, voire le câble, il connait. Le ministre de l’Intérieur n’est pas du genre à rester à l’extérieur de la bagarre. Sûrement le plus politique du gouvernement (seuls les ministres de droite existant vraiment dans ce registre à l’image des deux normands Bruno Le Maire et Sébastien Lecornu) Gérald Darmanin cogne dur sur le mouvement présidentiel LREM. Un vrai éléphant dans un magasin de porcelaine cassée. Il exhorte dans les colonnes du « Figaro » ses « amis » et dirigeants d’En marche à bouger en quelque sorte leurs fesses et sortir sur le terrain avec cette belle formule: « Plus de bistrot et moins de visio ».

On ne peut pas vraiment lui donner tort sur ce coup-là. Les débâcles électorales successives témoignent aussi de l’incurie régnant au sein d’un parti sans la moindre colonne vertébrale et n’existant depuis le début que par le locataire de l’Elysée.

Il est tout aussi clair que l’ancrage dans les territoires ne se fera jamais non plus avec une équipe dirigeante médiocre sans véritable chef. Son délégué général, député de Paris, Stanislas Guérini, qui n’est en rien un…caïd contrairement à d’autres « anciens » portant le même patronyme au bord de la Méditerranée, pourrait être exfiltré de son poste et rejoindre le gouvernement lors d’un possible remaniement. Une bien belle récompense pour de si bons services rendus!

Il pourra toujours remplacer à l’Outremer, Sébastien Lecornu « réélu pour un temps » à la tête du Conseil départemental de l’Eure, si ce dernier prend du galon gouvernemental ou au contraire s’efface…pour mieux revenir en cas de succès, pour s’occuper activement de la campagne du Président Emmanuel Macron, à partie de l’hiver prochain.

Quant à son pote, le ch’ti « Darmalin » copain aussi de Xavier Bertrand (quelle insupportable et inconfortable situation) il secoue le cocotier, non pas pour faire descendre des policiers de l’arbre, mais bien pour mordre les mollets de ses anciens compagnons de route gaullistes, avec une autre de ses petites phrases pour un fusil à deux coups: « Emmanuel Macron porte les valeurs de la droite ». Voilà qui va faire également plaisir à l’aile gauche du président. Alors que le même s’apprête d’ici à quelques jours à s’adresser à ses compatriotes à la télévision, peut-être pas seulement pour leur souhaiter de joyeuses vacances mais aussi plus sérieusement pour leur parler retraite. Très probablement pour leur annoncer son intention de porter l’âge de la retraite légale à 64 ans (qui ne faisait pas partie de son programme électoral en 2017) avant la fin de son mandat. Un risque politique et social énorme, certes, mais a-t-il vraiment le choix ? Sinon c’est l’assurance d’une fin de mandat « pépère » sans la moindre action d’envergure que plusieurs de ses prédécesseurs (sauf le dernier et pour cause) ont connue dans le passé. En se limitant aux cérémonies commémoratives du souvenir! Un quitte ou double électoral en « même temps » courageux et si nécessaire. Que les syndicats…et les sondages d’opinions le veuillent ou non! Il serait tout de même paradoxal que la droite s’oppose à cette réforme devenue hélas! indispensable.

De toute façon, dans le « pire des cas » selon les observateurs les mieux informés, cet âge pivot de 64 ans s’étalera dans le temps. Et ne sera opérationnel que dans quelques années. Alors pourquoi retarder, une fois encore, cette décision inéluctable dans le temps ? N’est-ce pas Marine le Pen, qui elle, de façon ridicule, soutient toujours l’âge de départ à 60 ans! Elle pourrait devancer l’appel en cas de troisième infortune électorale présidentielle…Elle a peut-être évoqué le sujet avec son ex-compagnon, Louis Aliot, lors du congrès du RN se tenant sur les terres du maire de Perpignan jusqu’à ce soir…

PS: ça restera un détail bien sûr de la réélection dans un fauteuil très moelleux pour le « Duc de Normandie », Hervé Morin. Il est très probable qu’il a échappé à de nombreux observateurs, mais pas aux colistiers de l’ancien ministre de La Défense. Il lui a en effet manqué une petite voix pour obtenir les 60 voix de son groupe lors du vote présidentiel. L’un(e) des élu(e)s de la Normandie conquérante s’est distingué en votant blanc! Drôle de remerciement à l’égard du chef…La chasse au vilain petit canard ou cane va être ouverte. Il est probable qu’il s’agisse d’un des élus n’ayant pas obtenu ce qu’il escomptait à savoir une vice-présidence! A peine installé dans l’hémicycle et déjà velléitaire et rancunier! Pan sur le bec pour celui où celle qui va se faire voler dans les plumes s’il ou elle est démasqué (e)!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :