Toujours prêts…comme de bons scouts de la majorité bienveillante et d’opposition sévère! Et les dindons de la « farce ferroviaire »…

Ils sont toujours prêts dans leur camp respectif. Habitués qu’ils sont aussi le plus souvent des chaînes d’infos en continu. Le plus souvent en matinales pour la députée-pharmacienne du Havre et du soir pour le maire-médecin d’Evreux. Leur appartenance professionnelle (revue forcément à la baisse avec leurs charges électorales respectives) au monde de la santé leur a permis, selon toute probabilité, avec la crise de la Covid, de s’installer durablement et régulièrement dans le monde médiatique et de devenir au fil des mois et même des années pour Guy Lefrand (cela avait commencé avec les Gilets jaunes!) de bons « clients » ou patients de l’espace médiatique.

L’une, Agnès Firmin Le Bodo, plutôt bienveillante en tant que co-fondatrice du mouvement Agir, partenaire fidèle de la « Macronie » et l’un, républicain et même président de l’Eure de cette famille politique, hostile d’une façon très générale et surtout très constante à l’exécutif. On ne pourra pas lui reprocher son inconstance et ses changements de pieds. Il ne mâche pas ses mots le « Raoul Volponi » des « Tontons flingueurs », version euroise. Il n’habite pourtant pas sur une péniche sur l’Iton et ne fait pas de commerces illicites. Et il donne plutôt lui des claques. Il lui arrive aussi d’en recevoir. Au figuré bien sûr. Sa cible idéale: le chef de l’Etat et son gouvernement qui trouvent rarement grâce à ses yeux dans ses interventions. Le plus souvent musclées. C’est peut-être de « l’amour vache ».

Ses dernières saillies ou saignées dignes d’un bon docteur des siècles des lumières et même d’avant, ont été prononcées, longuement, lors d’un tout récent direct du droit, non pas en plateau, mais de sa bonne ville, sur Franceinfo, la petite dernière du service public du PAF.

Pif, paf…le maire d’Evreux a encore cogné sur le sujet de l’obligation du pass sanitaire même s’il n’y était pas hostile de prime abord. Comprenant l’incompréhension d’une partie de nos compatriotes plus sur la méthode et son suivi que sur son caractère obligatoire. Il n’accepte surtout pas qu’il s’adresse au seul corps des soignants. Pourquoi pas les autres et de citer au passage les commerçants, policiers…

« Ce gouvernement, déclare-t-il, n’a plus la confiance des français. Qui va contrôler quoi, où sont les contre-feux éthiques ? Je m’interroge et je suis le soin d’être le seul…Elle est où la crédibilité du gouvernement lorsqu’elle oblige encore tout récemment le 13 juillet dans ma ville ceux et celles qui assistaient au feu d’artifice de porter un masque en extérieur à l’intérieur du périmètre des festivités et les autres de l’autre côté de la barrière, à cinquante centimètres, qui eux qui n’avaient pas la même contrainte ». Un exemple parmi d’autres. « Il y a eu trop de volte-face dans la gestion de la crise sanitaire », appuie-t-il encore là où ça fait mal. Les plaies ne risquent pas de cicatriser entre ce supporter de Xavier Bertrand et le locataire de l’Elysée. Faut-il se rappeler que dans ces mêmes colonnes, il y a moins de deux mois, le vice-président réélu du conseil régional normand, n’avait pas caché qu’il ne choisirait pas le cas échéant entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Une déclaration qui alors avait fait grand bruit! Surtout auprès de ses opposants de droite comme de gauche.

Ca fera peut-être moins de bruit mais son « patron » à Rouen et Caen, Hervé Morin, a rendu public hier un courrier adressé au président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, lui annonçant, une fois encore, son intention d’arrêter à titre conservatoire, le règlement du dû de la Région à l’entreprise nationale pour cause d’irrespect du cahier des charges. Les retards ne cessent de croître tant au niveau des départs de Saint-Lazare que des arrivées dans les territoires, bien évidemment. Le pourcentage du respect des horaires ne cesse d’être revu à la baisse occasionnant de lourds dysfonctionnements et gênes bien compréhensibles au détriment des passagers, les « dindons de la farce ferroviaire ». C’est beau de voyager dans des rames toutes neuves mais si c’est si sur des rails trop vieux, cela ne règle en rien tous les problèmes. Est-il besoin de rappeler que l’ardoise à la charge pour la Région Normandie pèse un sacré poids d’or: 659 millions d’euros pour l’exploitation des lignes et 51 millions pour le matériel roulant à l’horizon 2024! Des chiffres qui interpellent..et exigent des résultats probants de l’autre côté du quai! Celui dépendant de la SNCF.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :