Une « bonne fée » s’était penchée sur le « berceau » du premier « bronzé » olympique ! Et une épée en or « cannonissime »…

Quel guerrier! Normal. Il a fait ses classes sur les tatamis du dojo havrais au nom prédestiné de Perret-Guerrier! Pendant deux ans. A quelques dizaines de mètres du bord de mer. Mais lui n’a pas choisi la natation comme une autre ancienne gloire sportive locale, le « brassiste » Hugues Duboscq, monté trois fois sur le podium des Jeux Olympiques d’Athènes et de Pékin. Il était encore gosse lorsque les hasards de la vie -compliquée -l’ont conduit avec plusieurs membres de sa famille à rejoindre le port de la Manche. Et des manches de ses adversaires, le champion en a tenues depuis son arrivée en France à l’âge de 13 ans. Lui le petit, dans tous les sens du terme puisqu’il est sous la toise, le moins grand des athlètes français en compétition aux J.O de Tokyo.

La première médaille tricolore au pays impérial du Soleil levant, alors que les couleurs bleu, blanc, rouge ne se sont pas vraiment levées samedi en cette première journée avec tout particulièrement des humiliations subies en escrime (il est loin le temps des anciens…ministres des sports, Jean-François Lamour et Laura Flessel!) et au tennis, où nos champions « sont à la cave » depuis au moins deux saisons. Certains d’entre eux ne supporteraient pas le poids du silence des stades déserts pour cause de Covid. La belle affaire…ou excuse!

Si tous nos sportifs engagés pendant cette olympiade japonaise éprouvent les mêmes appréhensions, il est à craindre que la moisson de médailles soit famélique! Espérons que le silence sera d’or et que nous entendrons le plus souvent la Marseillaise.

Mais du haut de son 1,6 mètre, alors qu’on ne l’attendait pas à ce niveau, il est parvenu à se hisser sur la troisième marche du podium. Dans sa catégorie de poids de judo (les moins de soixante kilos) qui depuis Thierry Rey, médaillé d’or en 1980, à Moscou, n’avait pas obtenu la moindre breloque. Et dire que sans le report d’un an de ces J.O il n’aurait jamais pu faire partie de la sélection. Il n’était pas alors dans les « petits papiers » en 2020 de sa « fédé »!

Et comme il se doit la première, la plus belle en or, après une première journée décevante pour le camp tricolore, rien que pour… m’embêter, est venue très vite en début d’après-midi (personnes ne s’en plaindra, bien au contraire, après l’argent en judo, grâce à l’épéiste Romain Cannone, vainqueur, lui aussi surprise du plus beau des métaux! Enorme, « cannonissime »! Et dire qu’il avait fallu patienter jusqu’au dernier jour dans ces mêmes JO à Tokyo, en 1964, le cavalier de sauts d’obstacles, Pierre Jonquère d’Oriola, pour toucher le métal le plus précieux!

En attendant, cocorico, le héros havrais et français, s’appelle Luka Mkiheidze, 25 ans, naturalisé français en 2015, après avoir fui la guerre en Ossetie du sud, dans son pays natal, la Georgie, et la capitale Tbilissi en 2009 et rejoint avec la France avec plusieurs membres de sa famille. Son pays devenu d’adoption après un périple tourmenté en passant par la Biélorussie et la Pologne. Un vrai réfugié politique, lui…Et des premiers mois, après la région parisienne dans un foyer havrais avec le statut de réfugiés politiques pour la famille. Et quelle revanche sur la vie! Pour celui qui, en 2014, bénéficia d’un coup de pouce de sa « bonne fée » Edouard Philippe, qui n’était alors « que » maire de la cité portuaire, et qui l’aida à obtenir ses papiers dans des délais beaucoup plus raisonnables lui permettant ainsi, vu ses performances sportives, de porter le maillot ou plutôt le kimono français, d’abord chez les juniors! La belle histoire pouvait alors commencer…Avec cette première grande étape au plus haut niveau mondial, au pays du judo (le plus dur souvent pour les judokas français étant d’arracher leur sélection compte tenu du niveau de ce sport), couronnée d’une superbe médaille de bronze au golden score. Pour la « gold » médaille ce sera pour la prochaine fois!

Il ne pouvait bien sûr que recevoir ce message amical de l’ancien Premier ministre quelques heures plus tard dans la foulée joyeuse: « Bravo Luka! Fierté d’être français, fierté d’être havrais ». Même s’il ne l’est plus totalement puisque licencié désormais en Ile-de-France, dans le Val-de-Marne, à Sucy-en-Brie, plus proche de l’INSEP, la pépinière des champions. Sa famille est restée néanmoins bien havraise et il est fort probable que « notre » champion « bronzé » sera reçu comme il se doit avec tous les honneurs à l’hôtel de ville, par son premier magistrat dans un avenir rapproché.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, la ville du Havre a servi de cadre à un autre exploit sportif certes beaucoup moins planétaire et médiatique. Celui de l’arrivée, samedi, en fin d’après-midi, sur la plage d’un « sportif » de 19 ans, Alexandre Germain, qui ne court pas lui après les médailles mais s’est donné d’autres challenges (il avait effectué la traversée de la Manche il y a deux ans). Comme celui de parcourir un périple de 784 kilomètres dans les méandres de la Seine, à partir de sa source, avec en régime de croisière (qui n’en était pas vraiment une) une vingtaine de kilomètres par jour. Avec l’originalité principale d’effectuer des prélèvements de l’eau au quotidien ensuite envoyés en labo pour analyses. Cet « éco-aventurier », qui a bouclé son parcours avec trois-quatre jours d’avance sur ses meilleures prévisions, avait un supporter pour l’accueillir sur les galets un peu plus connu que son fils, Arthur. Il s’agissait en effet d’un ancien proche collaborateur de Martine Aubry à la mairie de Lille et ex-député socialiste, Jean-Marc Germain. Et sa maman, encore plus puisqu’il s’agit d’une possible candidate à la présidentielle de 2022, Anne Hidalgo. La maire de Paris, n’avait pu elle effectuer le déplacement. A vélo, forcément…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :