Un nouvel hymne national: « La louve, la renarde et la belette »!

« On est là, on est là ». On a un peu marre de ce slogan répétitif hélé depuis deux ans et le lancement de l’opération, non pas des pièces, mais des Gilets jaunes. Et même maintenant ils vont jusqu’à défiler, en nombre, plusieurs centaines, dans les artères principales et bouchées de Neuilly-sur-Seine, du côté, entre autres, du pâtissier Lenôtre, un défilé avec femmes et enfants avec drapeaux tricolores et appels à la démission du chef de l’Etat. Comme aux plus beaux jours, façon de parler, des « tuniques » jaunes. En tout plus de 240.000 personnes dans les rues en plein mois d’août, d’ordinaire beaucoup plus désertes en raison des vacances. Surtout à Paris. Les exactions en moins. Pour l’instant, car le pire est toujours possible en ce temps de pause estivale, qui n’en a que le nom avec cette météo des plus capricieuses. Le soleil, de toute évidence n’a pas son pass-sanitaire pour pouvoir faire son apparition. On nous le promet pour la semaine prochaine. Il va falloir montrer patte blanche. Surtout son QR-code à partir de demain lundi. Ce n’est tout de même pas « l’ausweiss » qu’ont connu nos aînés dans un temps tout autre pour reprendre certaines références à l’Occupation, tellement déplacées!

Ces rues, notamment celles de la capitale, pourraient connaître, du côté des Champs-Elysées, une toute autre ambiance avec pourquoi pas le retour de nos médaillés, notamment ceux des sports collectifs. Ca aurait quand même une autre gueule et nous rappellerait le défilé de nos footballeurs champions du monde de retour de Moscou en 2018. Encore que la fête avait été un peu gâchée par l’empressement du bus de l’équipe de France à rejoindre la réception élyséenne avec un co-pilote encore dans toutes les mémoires, un certain Alexandre Bennala.

Il n’est pas prévu, fort heureusement, qu’il reprenne du service la semaine prochaine. Il aurait d’ailleurs fort à faire avec les grands gabarits des volleyeurs et handballeurs. Et nos handballeuses méritent un tout autre garde du corps!

Au passage, on a dû vibrer du côté du Havre et du Hac féminin! Et quelle fête aussi en Bretagne, à Brest, le principal filon gagnant du hand féminin. Finistériennes d’adoption peut-être, mais dans les étoiles pas très loin de l’île de Molène. Pour une marée jamais aussi haute pour cette discipline sportive qui nous a tant fait rêver durant cette olympiade. C’est tout juste si par « décret « présidentiel un nouvel hymne national ne va pas voir le jour avec une chanson bretonne revisitée « La louve, la renarde et la belette » Toute à la gloire de nos filles et de leur seconde gardienne, prénommée Cléopâtre, nouvelle (belle) reine de France! En feu. La « boutique » était fermée à double tour. Ce n’est pas un hasard si le dernier rempart français et breton (même s’il n’est pas malouin!) a prénommé sa fille, Olympe! De la folie avec ce double titre olympique pour ce sport. Ça ne va être pas être facile de faire mieux à Paris en 2024! Magique…Une dixième médaille d’or synonyme normalement d’une huitième place au tableau final. Historique! Il va falloir plusieurs bus pour véhiculer tout ce beau monde!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :