Le « druide » sur le départ à l’insu de son plein gré et « gazon maudit » au Havre!

Ca a été la star médicale controversée des épisodes 1 et 2 du confinement. Le « druide » marseillais, par ailleurs professeur en infectiologie et directeur de l’Institut-hospitalier universitaire (IHU) de la seconde ville de France aurait-il été victime d’un règlement de comptes, une spécialité locale qui fait en toute logique beaucoup plus de dégâts que la bouillabaisse? Ses jours, je rassure ses nombreux supporters, ne sont heureusement pas en danger. Il n’empêche, le célèbre professeur Didier Raoult, très connu pour avoir vanté les mérites de la chloroquine pour venir à bout de la Covid-19, a été invité, à l’âge de 69 ans, à prendre le couloir de la sortie de son hôpital. Contre sa volonté, semble-t-il. « A l’insu de son plein gré » pour reprendre la formule de l’ancien coureur cycliste varois, Richard Virenque, qui lui aussi avait un faible pour les remontants. Quoi de plus…naturel lorsqu’on a été le roi de la montagne pendant de nombreuses années! Un peu moins à l’aise dans le chrono, même s’il a été du temps de sa splendeur des cimes alpestres et pyrénéennes, sponsorisé par une célèbre marque de montres, Festina!

Sa demande de cumul emploi-retraite, pas celle de Virenque (reconverti dans l’immobilier hôtelier) ne devrait pas en effet recevoir l’aval de son autorité de tutelle, l’A.P-H.M. Il doit normalement tirer sa référence à la fin de ce mois d’août. Sa reconversion, après son pot de départ à la chloroquine, pour une tournée générale grandiose, est toute trouvée.

On parle de lui en effet pour rejoindre le stade voisin du Vélodrome du boulevard Michelet où l’attendent d’autres patients, les joueurs de l’O.M. Non pas pour les entraîner mais bien pour superviser leurs soins. Elle n’est pas belle mon idée ? Plus belle la vie au pays de Fernandel et Raimu. Quel acteur! Et le soir des matchs, il pourrait faire de petites piges comme commentateur sportif. Le micro, c’est aussi son dada, même si, en la circonstance, il n’a pas prévu de se transformer en chroniqueur hippique pour les tiercés ou vétérinaire pour soigner les pattes des chevaux…

Et même, s’il a un peu de temps, comme ça avait été évoqué pendant sa gloire médiatique, s’intéresser à la prochaine présidentielle. Histoire de rappeler des souvenirs mais lointains aux phocéens dont le maire de l’époque, Gaston Defferre (alors SFIO et futur ministre de l’Intérieur de François Mitterrand, en ticket avec Pierre Mendès-France) n’avait pas affolé les compteurs avec seulement 5 % des suffrages, en 1969. Pire encore que le socialiste Benoit Hamon en 2017. Il n’était même pas arrivé dans le tiercé de tête, largement devancé à gauche par Jacques Duclos, un autre accent chantant (plus de 21 % des suffrages!) Au temps bénit encore du Parti communiste français.

Du temps aussi de la gloire de l’Union soviétique. Ce qui nous amène également (tous les chemins mènent à la Porte océane) au régime « légèrement » stalinien d’une ville longtemps détenue par l’une des figures marquantes et attachantes du communisme français, et plus particulièrement son ancien maire, André Duroméa…(qui jouait davantage de la faucille et du marteau) et de la dénomination du stade Youri Gagarine, autre héros spatial, celui-ci, de l’ancien empire rouge. Un stade aujourd’hui en totale transformation, qui normalement devait y accueillir un terrain dédié au hockey sur gazon en synthétique. Une vieille promesse faite aux dirigeants de cette section et au final un gazon maudit, même s’il ne s’agit pas d’une vraie moquette d’herbe bien fraîche.

Les futurs utilisateurs se sont en effet aperçus que cet espace n’était pas praticable et leur fédération a emboîté le pas et cherche forcément des crosses aux promoteurs de ce beau projet. Sur le papier mais pas vraiment sur le terrain. Ca fait désordre. Et on ne peut pas y voir là et pour cause la main des anciennes « taupes » du puissant K.G.B de feu l’U.R.S.S!

Et dire que ce club de hockey, l’un des plus anciens à porter le maillot couleur ciel et marine dans la cité maritime, a été très bien fréquenté du temps de leur jeunesse par des havrais devenus illustres comme René Coty, ancien président de la République et le tombeur des « cocos » Antoine Rufenacht. Son successeur, Edouard Phillipe, n’y a pas fait, me semble-t-il, ses…humanités sportives (il se trouvait alors à Rouen) en culotte courte! Même si dans le cas présent, il s’y retrouve un peu avec une copie à revoir pour ses services. Au contraire de son collègue voisin et ami, le maire bien actuel de Sainte-Adresse, Hubert Dejean de la Batie, lui aussi un ancien pratiquant… Les hockeyeurs sur gazon ne sont pas très nombreux, mais au Havre, ils y font une très belle carrière extra-sportive! Quelle belle pépinière, même s’il va falloir revoir le « gazon »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :