Micro coupé mais verve très méridionale!

Tant que sa visite de trois jours n’est pas finie dans cette ville si rebelle, le pire est toujours possible mais force est de reconnaître que pour le moment si l’on excepte quelques rares rafales…de sifflets, sa déambulation de campagne présidentielle marseillaise sans claque (comme quoi les marseillais savent recevoir mais pas forcément donner!) ne se passe pas trop mal. Si l’on excepte cette coupure de courant qui l’a privé de micro, hier, pendant dix minutes. Un coup tordu syndical ? Tout puissants ici! C’est possible même sans jouer les complotistes. Ils savent faire. En revanche pour les rafales de mistral et la bonne averse, « l’aubade » selon « Emmanuel I er », ils peuvent plaider l’acquittement…La justice se montrera bienveillante! Et le président dans un style très méridional a sorti souvent de ces nouveaux mots ou citations latines dont il use et parfois abuse.

C’est vrai aussi qu’il n’est pas venu les poches vides. Plutôt généreux notre président: plus d’un milliard cinq cents millions d’euros pour « voir Marseille en grand ». Peuchère, l’Etat ne lésine pas pour changer de la cave…des trafiquants au grenier cette métropole gangrénée par tant de trafics en tous genres, raréfaction des transports en commun, quartiers populaires non desservis et livrés aux malfrats, clientélisme politique mortifère depuis plusieurs générations. Evidemment, son « pèlerinage de promesses » pour reprendre l’expression du député insoumis local, Jean-Luc Mélenchon, peut être interprété de différentes façons. Et bien souvent de la pire. Ce qui n’est pas le cas du nouveau maire socialiste de la cité phocéenne, Benoît Payan, qui, par un tour de passe-passe magique à la sauce aïoli marseillaise s’est retrouvé maire sans l’assentiment de la population après le départ tragi-comique au bout seulement de trois mois, de la verte, rouge et rose première magistrate. Il n’a pas eu de mots assez clairs et sympas pour saluer le courage de son hôte présidentiel. C’est ce qu’on appelle être beau joueur même si politiquement leur bouillabaisse politique n’a pas vraiment le même goût. Ca change de l’attitude de certains élus de droite de la région qui ont boudé d’une façon ostensible la visite présidentielle. Peu désireux de servir la « soupe » de poissons jugée électoraliste de l’hôte de l’Elysée.

Les mêmes, pas tous situés sur l’échiquier politique de droite, pour beaucoup ont été au pouvoir pendant si longtemps et participé à ces « magouilles » indigestes sans la moindre vergogne. Tant au niveau de la Ville, que de la Métropole ou du Conseil départemental. Passant entre autres, pour certains d’entre eux, et fort courageusement de l’Assemblée nationale au Sénat. Et ils et elles viennent aujourd’hui jouer les donneurs de leçons alors qu’ils se sont baignés, non pas dans le Vieux port, mais bien dans des eaux troubles de la corruption et du clientélisme depuis des décennies! Un pastis frelaté de gauche comme de droite!

Plus au nord à Paris, en attendant le débat télévisé de mercredi prochain entre les candidats du cinq majeur de la primaire écolo, il se dit de plus en plus que la plus « extrémiste » et surtout la moins susceptible de figurer en bonne place en avril 2022, pourrait l’emporter sur ses rivaux. Sandrine Rousseau décoiffe dans cette avant-campagne en multipliant les gaffes. L’arrivée des Talibans à Kaboul, lui a fourni l’occasion de faire très fort. Entre autres. Mais pas seulement. Bonne nouvelle, vous pourrez même l’accueillir chez vous l’espace d’une nuit. Ou plus si affinités. Elle se propose en effet d’aller dormir chez l’habitant pendant sa campagne. Pour faire… Cosette chez les « Misérables » ? C’est quand même plus fort que Valéry Giscard d’Estaing qui lui seulement s’était limité à recevoir les éboueurs au petit matin dans son palais « royal » élyséen et essayer de faire très peuple en allant dîner chez ses compatriotes. L’histoire ne dit pas encore si la dame verte pomme acide (à cidre brut en Bretagne et Normandie) qui parle davantage de féminisme exacerbé que d’environnement comme nombre de ses petits camarades, se déplacera avec son accordéon. L’instrument de musique préféré de VGE pour accompagner les bourrées auvergnates! Et les bourrées élyséennes ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :