Une « héroïne » tellement inattendue! Le monde politique normand sous le choc!

Même l’incroyable semble toujours hélas! possible. Avec toutes les réserves néanmoins qui s’imposent et si la présomption d’innocence existe encore. Pour qui que soit. Encore faut-il le souhaiter car on reste dans l’immédiat sans voix non électorale, devant l’interpellation, pour suspicion de complicité de trafic de stupéfiants et d’association de malfaiteurs, d’une tête de liste aux dernières élections régionales. Et pas n’importe laquelle: la candidate du Parti socialiste et maire de Canteleu, Mélanie Boulanger, qui, lors de ce scrutin, avait fait un score « honnête » derrière le président réélu, Hervé Morin, devançant même le candidat du Rassemblement national.

La vice-présidente par ailleurs de la Métropole de Rouen a été cueillie à l’heure du laitier à son domicile, mais sans les croissants et autres viennoiseries et des « invités » solidement armés! Hier vendredi dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée à l’instigation d’un magistrat instructeur du tribunal de Bobigny et une descente de police opérée de façon simultanée et en force sur plusieurs sites normands dont Canteleu, Rouen et Val-de-Reuil, et en région parisienne, encadrée par le Raid et la BRI! Bigre! Du très lourd. Le fretin recherché ne devait pas être menu, menu! Avec au final l’interpellation de 19 personnes suspectes par 170 policiers impliqués sur le terrain pour ce coup de filet lié à un trafic de stupéfiants. Les perquisitions effectuées ont permis aux différentes équipes de saisir des armes lourdes de guerre, une quinzaine de kilos d’héroïne et une somme de 375.000 euros.

Il s’agissait, semble-t-il, « d’un réseau très structuré de gros importateurs de drogue » avec visiblement comme plaque tournante la ville de Canteleu, dans la proche banlieue rouennaise, a confié une source proche de l’enquête aux médias régionaux.

La police judiciaire de la Seine-Saint-Denis, avec ses collègues de Seine-Maritime, enquêtait depuis deux ans sur Canteleu, notamment, autour d’une famille ciblée et bien « connue des services » pour alimenter des points de deals de cette localité de 15.000 habitants et dans l’agglomération rouennaise.

La ville proche de Rouen est évidemment sous le choc avec la garde à vue de sa première magistrate et de l’un de ses adjoints. Deux élus dans l’œil du cyclone. On imagine mal que les enquêteurs n’aient pas de solides biscuits! Une déflagration incroyable bien sûr dans le monde politique normand et pas seulement qui depuis ce matin tourne en boucle sur les chaînes d’infos. Une concurrence déloyale, si j’osais , au lancement du parti du maire du Havre, Édouard Philippe, ce matin. On y reviendra bien sûr.

Et dire que cette élue de la République insoupçonnable avait fait de cette guerre anti-stupéfiants l’un de ses combats…

L’entourage de l’élue socialiste dans les heures qui ont suivi cette « grosse prise » a parlé d’une « manière de faire scandaleuse et d’une violence surréaliste ».

On peut vraiment parler d’une « sacrée bombe » et d’un cataclysme qui n’ont rien d’euphorisants. Du jamais vu pour une garde à vue tristement historique.

Le Parti socialiste n’a pas souhaité dans l’immédiat faire le moindre commentaire. Dans l’attente d’un premier dénouement forcément proche puisque cette garde à vue ne peut pas se prolonger au-delà des 96 heures légales. La prudence s’impose…Ici comme ailleurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :