Le nouveau « Macronnino »pas trop taclé et « marqué à la culotte »!

Entre l’abbatiale et la centrale carcérale et même le site industriel du groupe automobile PSA: le stade Léo Lagrange, le nom d’un ancien ministre du Front populaire. Pour un match de football disputé à Poissy et un événement médiatisé par les radios et télés. Avec un joueur peut-être un peu moins connu pour ses talents de footballeur sur la pelouse que plusieurs anciens grands champions, mais assez adroit de ses deux pieds. Pas facile néanmoins de remarquer si le numéro 3 du Variété football-club, tout habillé de bleu, est plus habile du droit ou du gauche. De la tête, on n’en sait toujours pas plus. En même temps il avait entretenu aussi sa forme en famille le week-end dernier à la résidence présidentielle de La Lanterne avec des frappes avec ses officiers de sécurité…Le plus « jeunot » de l’équipe, ne pouvait pas manquer de souffle à six mois de la présidentielle et friser le ridicule sur le gazon. Et il ne l’a pas été ridicule (enfin si l’on se fie aux premières minutes retransmises en direct!).

Il a même eu le temps d’inscrire le but égalisateur du 1-1. D’accord c’était sur un pénalty généreusement accordé, qui plus est un peu raté mais surtout mal arrêté par le gardien de but adverse de l’équipe du CHU de Poissy. Les soignants étaient habillés de jaune. Allez savoir, peut-être un clin d’oeil aux Gilets de la même couleur! Des professionnels de santé finalement battus sur le score de six buts à un. L’essentiel n’était pas là, bien sûr. Mais bien d’offrir une affiche pour un match caritatif au profit des « Pièces jaunes » et des hôpitaux avec le mari de la présidente de cette association, Brigitte Macron, sur le terrain. Une petite récréation bien sympathique finalement pour le chef de l’Etat…qui réussit même ses deux premiers dribles. Un nouveau surnom s’est même dégagé: « Macronnino ». Un « brésilien » à l’Elysée sans se rouler par terre comme d’autres! Evidemment beaucoup se sont moqués de ce « coup de com » présidentiel. Finalement bon enfant. Les occasions sont tellement nombreuses pour attaquer le président de la République, mais là y avait-il des motifs à la critique virulente et systématique ?

On ne peut pas dire que le nouveau « Macronnino » ait néanmoins trop souffert des tacles appuyés de ses adversaires . Ca ne se fait pas trop de marquer à la culotte et aux chevilles une telle personnalité. Les soignants, bons joueurs, n’avaient aucune envie de blesser le Président, surtout dans ces circonstances amicales remplies de bienfaisance. Vous imaginez s’il était sorti avant le coup de sifflet final sur une civière! Les images et les moqueries auraient fait le tour du monde.

Son style, au poste de milieu défensif et…récupérateur de ballons, pour ce qu’on en a vu, sans faire de comparaison déplacée, était tout de même plus fluide que celui de VGE, qui quelques mois avant son élection, il était alors ministre des Finances du président Pompidou, avait aussi chaussé les crampons sur ses terres à Chamalières, en Auvergne. Il semblait toutefois plus à l’aise sur ses bâtons de ski sur les pistes de Courchevel ou à…l’accordéon! Cela ne l’empêcha pas, en 1974, d’accéder à l’Elysée.

Même sans possibilité de ralenti, les images du milieu des « bleus » du Variété-club étaient plutôt bien léchées. Pour le plus grand bonheur du maire de la localité, Karl Olive, un ancien républicain, très macron-compatible, lui aussi sur la pelouse, aux côtés des Karembeu, Dessailly, Giresse, Wenger et du chef de l’Etat. D’accord avec son but, il n’est pas encore l’égal d’un de ses homologues, Poutine, qui, lors d’un match de hockey, en avait inscrit cinq! Un palet gagnant pour le maître du Kremlin!

Et qui osera encore dire que le locataire de l’Elysée n’est pas homme à mouiller le maillot pour la bonne cause. Même si ça ne rapporte pas en terme de popularité, ça ne coûte rien. Sinon peut-être quelques courbatures pour le lendemain. Encore qu’il est toujours très jeune. Ce n’était pas son match le plus difficile…C’est dommage que son ancien Premier ministre, Edouard Philippe, lui aussi amateur de ballon rond, ne figurait pas sur l’aile droite de son équipe! Tous les deux sous le même maillot, quelles belles passes avons-nous manquées! Sans parler des embrassades d’un président toujours très tactile!

P.S: Que de bonne nouvelles en revanche du côté féminin de nos gloires politiques: Anne Hidalgo a bien été désignée par ses pairs pour représenter les couleurs très défraîchies de l’ancien parti à la rose fanée socialiste. Youpi. De l’autre côté de l’échiquier, Valérie Pécresse a annoncé son intention de reprendre sa carte et retrouver la mère patrie, LR. Au moins jusqu’au mois de décembre. Cette licence future retrouvée lui a valu un tacle appuyé de son rival (et pourtant Xavier Bertrand ne disputait pas la rencontre de Poissy): « Je suis candidat moi à la présidence de la République et pas à celle de LR« . Une petite phrase tellement chaleureuse et bienveillante à l’égard de son homologue de l’Ile-de-France et aussi des militants du mouvement. Ce n’est pas encore gagné qu’ils fassent partie de la même équipe…des probables perdants! Et puis Xavier Bertrand s’intéresse probablement davantage aux petites liasses de billets de son ancien parti pour faire campagne que des pièces jaunes. Il en faut de l’argent, un minimum de 20 millions d’euros, pour financer une présidentielle…Au fait, pourra-t-il voter au congrès le ch’ti candidat ? Il n’est pas à une voix près…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :