« Donnes moi ta main et prends la mienne! »

Si le titre du tube de Sheila a visiblement plusieurs versions orthographiques (il n’est pas facile de faire le bon choix!) il a été de toute évidence à l’honneur tout ce week-end avec une reprise ininterrompue de cette chanson culte époque « yéyé ». A droite, à gauche et encore plus à l’extrême-droite. Où l’on a parlé que de main tendue. Surtout à Béziers où l’entremetteur en chef, Robert Ménard, le maire de…la nouvelle La Mecque (un comble!) et capitale de la France médiatique a tenté de siffler la récré de la division Le-Pen-Zemmour en implorant ses deux amis à faire la paix des braves et à s’entendre pour gagner. L’école est loin d’être finie! Sheila la lutte finale…entendait-on naguère dans les manifestations. Au fait quelques irréductibles en chasubles jaunes ont repris le contrôle de plusieurs ronds-points ce même week-end estival. Une autre histoire de main tendue ou de poing plutôt levé. Il y en a qui préfèreraient néanmoins reprendre la chanson de Gérard Lenormand : « Si j’étais président ».

A Evreux, on ne ne peut pas dire que la réunion organisée à l’initiative de l’édile du chef-lieu de l’Eure, qui y recevait Xavier Bertrand, ait connu la même ferveur. A tous les niveaux. Il est vrai qu’elle avait été mise sur pied dans les tout derniers jours. On a connu plus belle fréquentation…de « Lefrand succès » à la halle des expositions. Pardon Monsieur le maire. Moins d’une centaine de personnes. Ce n’est pas terrible.

Ca prouve aussi, si besoin était, que cette pré-campagne n’intéresse essentiellement que les partis, la classe politique et médiatique, surtout les instituts de sondages et les…affreux commentateurs comme moi! Et surtout également que les élus républicains d’Evreux, qui, pour certain nombre d’entre eux n’ont pas encore fait leur choix, ont préféré s’abstenir de trop de se montrer en si bonne et belle compagnie. Normal, il existe aussi dans la capitale de l’Eure et surtout au conseil municipal une tendance « Libre » plutôt proche de Valérie Pécresse.

Une compagnie et cela n’a probablement échappé à personne à laquelle s’était jointe une supportrice peut-être inattendue (pour certains) de Xavier Bertrand, Anne Mansouret, en retraite de la politique. L’ancienne élue départementale et régionale d’Evreux, radicale de gauche puis socialiste, a tourné déjà casaque depuis un bon moment à son camp politique d’origine dont elle s’est très éloignée.

Irréductible adversaire du président Macron qu’elle étrille régulièrement dans ses écrits vengeurs, la « belle Anne » (un prénom souvent porté par de belles femmes) comme on l’appelait gentiment et affectueusement dans le microcosme ébroïcien de l’époque n’a pas pris une seule ride. Et son mordant reste sans égal lorsqu’il s’agit de parler de son chouchou « Manu de l’Elysée ». De quoi alimenter ses conversations avec Guy Lefrand, qui lui aussi, porte haut dans son coeur le président…Pas néanmoins le genre de traitre à son parti de toujours le maire d’Evreux. Les sirènes macronistes représentées tout de même dans son département par ses anciens amis, excusez du peu, Bruno Le Maire (dont il a été le député suppléant et son remplaçant (il avait tout de même une autre dimension que l’actuelle, perdue dans un monde qui lui semble vraiment étranger) et Sébastien Lecornu, n’ont jamais eu de prise sur lui. Tout au contraire…Le marathon présidentiel continue!

PS: Une fois n’est pas coutume. Mon clin d’oeil du jour sera davantage personnel pour féliciter précisément une marathonienne. En l’occurrence ma…belle-fille, Elodie, qui, hier dimanche, a réussi son pari de disputer son premier marathon de Paris et surtout de le finir en 4 heures et vingt minutes. La jeunesse triomphante. Elle espérait boucler ce « petit » parcours de 43 kilomètres, tellement facile par beau temps (je plaisante) en moins de 4 heures et dix minutes. Ca fait une sacrée moyenne horaire. Chapeau championne classée…tous sexes confondus 17.282 e sur 27.283. Il ne lui a pas manqué grand chose pour réussir son second objectif, très accessoire. Je peux vous confirmer que participer à une telle épreuve d’endurance exige des mois et des mois, et même des années de préparation. Et une sacrée volonté et des sacrifices. Et ce n’est pas le coach qui parle! Je me contente, à mon petit niveau de…grand pratiquant sportif devant mon poste de télévision (personne n’est parfait) de quelques marches. Et je continue aussi, entre autres, de suivre à distance sur Facebook live mes copines du hand féminin du Havre et leurs dirigeants. C’est moins fatigant! Mon record en distance (pas devant ma télé) le plus récent: 18 kilomètres en bordure de mer, du côté du Cap Fréhel…J’ai déjà oublié mon temps. L’âge aidant. Et dans le cas présent, ce n’était pas une compétition mais bien une sortie collective dans un cadre enchanteur…et fractionnée avec un pique-nique tout près du fort La Latte très prisé comme décor de films. Comme quoi on peut être marcheur…sans être pour autant En Marche en version politique!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :