Heureusement qu’il y a encore quelques motifs pour rire !

Il n’y a pas qu’à Evreux où les séances du conseil municipal tournent parfois au ridicule affrontement et même jusqu’à l’odieux, comme lundi dernier. Je préfère passer mon tour. De chauffe comme on dit sur les circuits de Formule 1. Et ne pas commenter davantage ce bien triste épisode de la vie politique ébroïcienne exacerbée par les réseaux sociaux. Des sorties de route que l’on n’aimerait pas revoir trop souvent,

C’était heureusement beaucoup plus drôle à l’Hôtel de ville de Paris, où la maire, Anne Hidalgo, et sa rivale des dernières municipales, Rachida Dati, se sont écharpées. Normal pour des élues. Etait-ce pour autant bien malin de la part de la candidate à la présidentielle de laisser le micro ouvert même entre chaque question à son opposante afin que « les parisiens puissent en profiter » . Ca n’a pas empêché l’ancienne chouchoute de « Sarko » qui n’a pas pour habitude de se taire de tacler sa « meilleure ennemie »: « chouchoute, il faut arrêter le crack ». « Ca se mange sans faim » comme le rapportait la comédienne Anémone, dans « Le Père-Noël est une ordure ». Encore qu’aujourd’hui on pourrait davantage reprendre les refrains du tubes anciens de Claude François « C’est la même chanson » (il n’y a que le numéro de la vague qui change) et de Renaud « c’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme ». On pourrait y ajouter « Dès que le vent soufflera » car la situation est grave, Mesdames et Messieurs, on ne parle plus que de l’arrivée de la cinquième vague épidémique. Elle est sur toutes les lèvres. Ou presque. Les chiffres de la contamination sont là pour nous rappeler à l’ordre. On veut encore nous pourrir les prochaines fêtes de fin d’année.

Heureusement encore que nous avons les sénateurs républicains pour nous détendre et amuser. La nuit dernière, ils ont effet retoqué la proposition gouvernementale de l’indemnité inflation de 100 euros promise à environ 36 millions de nos compatriotes. Elle coûterait trop cher. Ca se discute. Ils auraient souhaité une solution beaucoup moins dispendieuse. Et pourtant leurs candidats au titre suprême ne lésinent pas…comme tous les autres, président sortant inclus, sur les promesses électorales. Par milliards. Soyons fous et continuons de « cramer la caisse » l’expression favorite de Valérie Pécresse. De toute façon, en relecture à l’Assemblée nationale, cette « gratification électorale » (toujours bonne à prendre pour les intéressés) passera sans coup férir à moins bien sûr que les députés marcheurs ne ratent la…navette et ne retrouvent le chemin de l’hémicycle pour aller voter.

Droit(e) de suite avec l’élection hier après-midi du successeur de François Baroin à la tête de l’Association des maires de France (AMF). Et palme d’or pour le maire de Cannes, l’ambitieux Davis Lisnard, facile vainqueur de son challenger (qui toutefois n’a pas démérité) l’UDI Philippe Laurent. 11.000 votants sur 30.000, il n’y a pas de quoi toutefois s’enthousiasmer.

Ils n’ont décidément pas de chance les alliés centristes des Républicains. Déjà que Christian Jacob et ses amis les ont privés de primaire à droite et au centre.

N’est-il pas assez drôle ce magnifique binôme ou attelage Républicains-PS formé des maires de Cannes et d’Issoudun, cornaqué d’entrée par le partant. Le rose avec l’ancien très sectaire André Laignel, maire de sa commune depuis 1977, réélu vice-président et le bleu vif du frère ennemi de la Côte d’Azur des élus macro-compatibles Muselier et Estrosi.

Comme quoi aussi un ancien second rôle peut figurer en haut de l’affiche et se transformer en l’un des meilleurs espoirs masculins de la droite ! A horizon 2027 ?

Il y en avait au moins qui n’a pas caché sa joie à l’heure des résultats. C’est bien Eric Ciotti, l’un des premiers à féliciter le vainqueur. « Je remercie chaleureusement Muselier et Estrosi pour leur contribution décisive à l’élection de David Lisnard. Leur soutien au candidat macroniste aura offert à Emmanuel Macron une défaite historique ». Le député niçois anticipe peut-être sa propre et probable lourde défaite à la primaire. Mais au moins il ne manque pas d’humour…Et à mi-parcours de ces interminables débats (un seul ou au pire deux auraient été largement suffisants), il n’a pas à rougir de ses prestations. C’est la bonne surprise de ce « championnat de seconde division ». Il ne partait pourtant pas avec les faveurs du pronostic avec sa position très excentrée sur l’aile droite.

Je vous promets une surprise pour dimanche, jour du troisième débat sur C.Z et non plus C.News. Il n’est pas impossible que Monsieur Z soit d’autorité invité par son patron Vincent Bolloré pour jouer le sixième homme! Pardon Valérie.

Bonne journée beaujolais. J’espère que notre président n’a pas modifié, comme pour le drapeau tricolore, la couleur de ce « précieux » nectar…A boire néanmoins avec une grande modération !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :