« Un pour tous et…chacun pour soi » !

« Un pour tous et…chacun pour soi ». C’est aujourd’hui le thème d’un trait de crayon humoristique à la Une du quotidien national l’Opinion! Pas mal vu avec, dans le rôle de deux des mousquetaires, qui, a priori ne risquent pas de reprendre à leur compte cette formule prêtée à d’Artagnan et ses trois amis « tous pour un et un pour tous ». C’est fou qu’ils se détestent…cordialement les deux hommes, François Bayrou et Edouard Philippe qui, pourtant ce soir, vont se retrouver réunis et amis de façade pour le lancement à la Mutualité de Paris du nouveau mouvement « Ensemble citoyens » regroupant les partis En Marche, le MoDEM, Agir et Horizons, le petit dernier enfanté par le maire du Havre. On pourrait presque y rajouter un cinquième mousquetaire « Territoires de progrès » l’appendice modeste de gauche en soutien à Emmanuel Macron. Les cinq doigts d’une main plurielle pour la présidentielle. Mais après ? On ne risque pas trop s’avancer en imaginant des sérieuses complications lorsqu’il s’agira de choisir les meilleurs candidats possibles pour les législatives. Chaque chapelle défendra son camp. En toute indépendance. On peut faire confiance notamment à François Bayrou et Edouard Philippe pour défendre les intérêts de leur diocèse. Surtout du côté de l’ancien Premier ministre qui va vouloir marquer son territoire avec le plus d’élus possibles. Pour peser pendant le second quinquennat. Dans l’hypothèse bien sûr où le peuple français reconduirait l’actuel chef de l’Etat. Car sinon la récolte s’en trouvera bien faiblarde ! Que pèseraient les candidats macronistes sans leur général ? Pas grand chose pour une Bérézina programmée.

Cette semaine devrait être celle des premières « hypothèques » levées. Avec en premier lieu la désignation-enfin-du candidat ou de la candidate des Républicains. Après un premier tour dont le résultat est attendu jeudi, la fumée blanche sortira deux jours plus tard. L’incertitude reste totale et les pronostics hasardeux. La logique voudrait que celui qui a le plus de chance (minime) d’atteindre le second tour de la présidentielle l’emporte. En l’occurrence Xavier Bertrand. Encore que le président des Hauts-de-France reste désespérément scotché à son même score (13-14 %) dans les enquêtes d’opinion depuis trois mois. Quel enthousiasme débordant en faveur de l’ancien ministre du Travail et de la Santé qui peine à convaincre avec ses séances de surplace sondagier. A l’image de ses rivaux. L’écroulement possible mais loin d’être certain de Zemmour n’est pas forcément une bonne nouvelle pour LR car de facto le ticket d’entrée pour le second tour serait rehaussé à plus de 20 %. Un score aujourd’hui inimaginable à atteindre pour celui ou celle aspirant à succéder à Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, les présidents de droite les plus récents.

La surprise de cette primaire est venue des bords de Méditerranée avec la prestation jugée plus sincère du député niçois Eric Ciotti. Le plus à droite toute de ce compagnonnage, même si ses adversaires ont bien chargé la barque côté tribord. Le parlementaire pourrait contre toute attente créer la surprise et se qualifier pour la finale, voire la gagner. Qui aurait pu y croire il y a encore quelques semaines alors que beaucoup misaient davantage sur la carte Barnier, donné un moment favori, mais qui, semble-t-il, a sérieusement perdu de sa superbe auprès des militants de son parti de toujours. Un avantage aujourd’hui insuffisant et ce d’autant plus que l’ancien ministre et commissaire européen n’a pas brillé, loin s’en faut, lors des débats télévisés.

Ce serait de toute évidence un magnifique cadeau de Noël avec de l’avance pour Emmanuel Macron…qui néanmoins en son for intérieur et sans l’avouer, préférerait peut-être en découdre au second tour avec le représentant de L.R, surtout si c’est Xavier Bertrand, le plus pugnace dans son opposition frontale et trop caricaturale souvent. Une réélection face à un représentant classique de la droite (qui va forcément se recentrer) et non pas de la droite-extrême aurait une toute autre saveur et aussi valeur…Même si elle serait vraisemblablement un peu plus compliquée ! Mais loin d’être perdue, le cas échéant.

L’autre hypothèque concerne bien sûr Monsieur Z, qui doit tenir son premier meeting de candidat le dimanche 5 décembre et qui pourrait au J.T de 20 heures, jeudi, annoncer se lancer officiellement dans le grand bain qui depuis quelques semaines est pour le moins bouillonnant. Le jour anniversaire de célébration de la victoire de l’Empereur (son personnage historique préféré avec le général de Gaulle) à Austerlitz. Le soleil semble bien bas depuis quelques jours pour le polémiste. De plus en plus seul dans la tempête. Un général sans véritable troupe ni maréchaux, ni alliés et à l’horizon un terrain ressemblant davantage à celui de Waterloo, morne plaine…Il faut néanmoins jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée. La preuve! Les mêmes médias qui lui déroulaient le tapis rouge, voire l’encensaient, étaient tout aussi sûr d’eux en annonçant que c’en était fini de Marine Le Pen dans sa course à l’Elysée ! C’était il y a à peine un mois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :