Une présidentielle en mode « covidentielle » !

« La situation est critique » dixit le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal ! Voilà une formule choc qui est de nature à vous redonner une pêche d’enfer. Il faudrait vraiment savoir. Il n’empêche: l’exécutif joue la montre ou plutôt l’horloge murale pour ne pas totalement gâcher les festivités de fin d’année. Avec en plus un Père-noël contraint de montrer son pass à la descente de la cheminée ? Vous croyez que c’est une vie, celle du bonhomme à la barbe blanche qui doit aussi adopter ses méthodes à la crise sanitaire. Il parle le moins possible aux enfants, pour éviter les postillons, ne les prend plus sur ses genoux, situation que la morale réprouve, change ses gants blancs et son masque tout aussi fréquemment, désinfecte sa hotte de cadeaux et son trône dans les centres commerciaux. C’est vraiment la barbe ! Il est même contraint au télétravail sur certains sites de la Toile où il échange avec ses petits correspondants !

Cerise sur la bûche, il n’est pas impossible qu’un « petit » nouveau couvre-feu au pied de l’âtre fasse son apparition à la Saint-Silvestre en fonction de la flambée fulgurante d’Omicron. Un vrai champion du monde celui-là! Il doit être bourré à l’EPO…Cela n’empêchera pas hélas les abrutis de s’adonner à leur sport favori de la nuit du 31 décembre: brûler les voitures dans les cités les plus à risques. Pas seulement sanitaires ceux-là.

Comme quoi le malheureux gouvernement face à l’hystérie ambiante (on ne parle plus que de ça) attisée par nos doctes sachants, ne peut plus se permettre le moindre…faux pas (s). Une chose semble sûre: Mister Omicron va devenir largement majoritaire dans les prochains jours. Point de ballotage. C’est une élection assurée dès le premier tour. Les doigts dans le nez, avec le kit nécessaire au test. Le cadeau best-seller de cette fin d’année à la fois quelque peu pourrie au niveau de l’ambiance et exceptionnelle ! Avec pourquoi pas des masques aux couleurs des candidats. Je reconnais que l’initiative peut être considérée comme périlleuse. L’idée néanmoins pourrait être sympa à l’heure de la distribution des cadeaux. Il est peut-être préférable d’attendre le dessert pour éviter des départs trop précipités…L’humour n’est pas toujours le plat le plus partagé. Et beau-papa où belle-maman peut ne pas apprécier se voir offrir un masque de Macron, Zemmour, Le Pen, ou du « Che » de la France insoumise ! Les autres sont peut-être en rupture de stock…

Plus sérieusement, il y a tout lieu de penser à la date d’aujourd’hui (le pire n’est jamais certain) que la campagne présidentielle risque d’être très…covidentielle ». Encore un nouveau mot. C’est la mode. Les serrages de mains et les embrassades sur les marchés risquent d’être largement limités. Vous imaginez une campagne sans marché et sans grande réunion publique! L’apocalypse. Finis les meetings XXL comme celui, au hasard, de notre jeune président en 2017 et du grand raout tendance « Manife pour tous » du Trocadéro autour de François et Pénélope. Inoubliables. Souvenons-nous aussi de cet « égosillement » du futur « Emmanuel I er « : « parce que c’est nôôôôôtre projeeeeet ». Génial, le « graaaaal » et le viral en…pass de remplacer le virtuel. Quelle horreuRRRR !

On ne risque pas une nouvelle affaire Bygmalion ou un généreux « Sarkothon  » pour dépassement des comptes de campagne. Même si rien néanmoins n’est écrit d’avance, 22 mois de crise sanitaire, ça commence à peser sérieusement dans les chaussettes et souliers posés délicatement devant « l’arbre mort » de Noël. Les précédents scrutins, municipales et régionales en temps COVID avaient de fait plutôt favorisé dans leur ensemble les sortants. Qu’en sera-t-il d’une présidentielle en mode confidentielle en grande partie limitée aux plateaux de télévision et réseaux sociaux ?

En attendant, la gauche, à un peu plus de trois mois de l’échéance électorale a déjà fait « l’impass » , une croix et même le pire: son deuil en reportant ses maigres espoirs sur les législatives suivantes. Pour permettre à quelques députés sauvés de la noyade de prendre place sur les canots de sauvetage sur la Seine et arriver à bon port au Palais-Bourbon en juin après une traversée de tous les dangers. Les places seront très limitées. Tout juste de quoi éventuellement former un groupe de survivants. Grandeurs et décadence auxquels n’échapperont pas leurs homologues macronistres en cas d’échec de leur champion !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :