« Voiture-balai » ou pas ? et le « grand argentier » personnage de roman !

Quelle image symbolique que celle d’hier à l’entrée de l’hémicycle, sous bonne escorte et pas seulement celle des militaires de la Garde républicaine, du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, accompagné de l’ensemble des présidents de groupes des partis politiques représentés au Palais Bourbon. Pour une fois unis et au coude à coude et masqués pour marquer de façon unanime leur indignation face à la haine dont sont victimes de plus en plus les élus de la nation, les parlementaires comme les maires parfois de villages, agressés par leurs administrés.

Et pendant ce temps-là, certains commentateurs politiques qui ont un coup d’avance sur cette présidentielle qui n’a pas fini de nous réserver des surprises, se projettent déjà sur l’élection d’après. Les législatives qui forcément auront un tout autre visage dans l’hypothèse d’une victoire d’une des deux femmes, Marine Le Pen et Valérie Pécresse, au coude à coude dans les sondages pour monter sur la seconde marche du podium. Des enquêtes d’opinions au passage bien curieuses quant à leur résultat selon l’institut sondeur et la chaîne d’infos. Qui voit en l’espace de 24 heures la présidente francilienne rattraper ses six points d’écart par rapport au président sortant pour une égalité parfaite à 50-50 contre un 53-47 la veille.

La barbe blanche d’Edouard Philippe va encore, si c’est possible, blanchir. Et pour cause puisque l’objectif du maire du Havre et ancien Premier ministre consiste bien, avec son nouveau parti « Horizons » à jouer la « voiture-balai » comme au Tour de France cycliste pour y ramasser non pas les coureurs au bord de l’élimination pour hors délai ou de l’abandon. Mais bien des champions républicains en déshérence sur la route électorale. Ce qui paraissait le plus facile ne s’est déjà pas réalisé avec le refus du ministre Franck Riester et du mouvement AGIR de fusionner avec Horizons.

La moisson, pour le moment, est assez limitée. Le peloton républicain fait encore de la résistance. Seuls quelques coureurs isolés ont changé d’équipe présidentielle pour rejoindre celle de Monsieur Z. Le prochain pourrait être le maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, un habitué des…petits plateaux de télévision. Un ancien journaliste de presse régionale dans son département d’origine. Une profession étrillée d’ailleurs avec une violence extrême par l’ancien journaliste Zemmour dans ses voeux à la presse !

Mais nous ne sommes précisément pas encore à cette période de récolte post-présidentielle. En fonction du résultat, elle pourrait déjà commencer de façon précoce dès le mois de juin pour le renouvellement des députés. L’élimination de Valérie Pécresse au premier tour et même à un degré moindre une défaite à la Royal signifierait une explosion définitive de LR. Et nombre de ses figures pourraient être amenées à déserter de façon définitive l’ancien parti fondé par Jacques Chirac et prolongé dans la réussite par Nicolas Sarkozy. Sauve qui peut à bord. Un Titanic politique en puissance sans les icebergs. Même avec le réchauffement climatique. Et il n’est pas sûr que l’orchestre continuera à jouer du côté de la rue de Vaugirard, le siège, un ancien garage, du paquebot parisien LR. Mais en cas de victoire de la Présidente de Région, c’est tout l’inverse qui se produirait. Les ambitions élyséennes du « Doudou havrais » se trouveront bien envoyées par le fond ! Encore qu’en politique la condamnation à mort n’est jamais définitive. La preuve avec François Mitterrand et Jacques Chirac ayant attendu le troisième essai avant de marquer dans l’en-but élyséen.

Il est un autre normand d’adoption électorale à Evreux, le « grand argentier » qui « biche » lui et pas seulement pour se réjouir des résultats économiques. Bruno Le Maire, lui-même écrivain à succès, se trouve au coeur du nouveau roman de Michel Houellebecq, un pavé de 734 pages, « Anéantir » dans lequel il dépeint le ministre de l’Economie sous des traits très flatteurs de son personnage dont l’identité est Bruno Juge, alors qu’il projette son intrigue en…2027. « Nono » occupe toujours Bercy… Et l’écrivain (littéraire) français le plus lu n’hésite pas à comparer l’actuel patron de Bercy comme le plus grand ministre des Finances depuis Colbert ! Un sacré compliment qui vient, il est vrai, d’un ami intime du ministre depuis de nombreuses années. Mais quand même, de tels éloges, ça ne se refuse pas. Beaucoup plus triste dans ce huitième roman: on y apprend la disparition sur le petit écran d’une de ses actuelles gloires (!) , Cyril Hanouna, victime d’une affaire judiciaire. Michel Drucker a aussi enfin pris sa retraite des studios. Toujours en vie et âgé désormais de 99 ans, Jean-Marie Le Pen, à quelques semaines de la présidentielle de 2027, ne pourra même pas soutenir « fifille » pour la quatrième fois. Elle a jeté l’éponge. Pour s’occuper de son élevage de chats ? Le roman ne le dit pas…Je vous avoue: je n’envisage pas de la lire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :