Les candidats à la Présidentielle…de droite en garde à vue policière !

C’est la blague du jour. Véhiculée par la nouvelle ORTF (en pire) du XXI e siècle, le groupe Canal + dirigé par Vincent Bolloré ! Avec les « nouveaux » Alain Peyrefitte, ancien ministre de l’Information du Général, Cyril Hanouna et Pascal Praud, en fers de lance de la télé Z comme Zemmour et non pas celle du titre de poche des publications des programmes télé. Un simple communiqué de quelques lignes lu depuis les marches de l’Elysée par le puissant et influant secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler. La fumée blanche est sortie de l’une des cheminées du Palais: sa « sainteté Emmanuel 1 er » est bien candidate pour rempiler. C’est franchement amusant. Le président est certes très disruptif mais de là à choisir ce mode de communication ?

C.News, dans la foulée de cette annonce, aurait même pu pousser le bouchon encore plus loin en permettant au même très proche collaborateur élyséen de livrer sur ce même perron la composition du nouveau gouvernement. Allez, on gagne du temps. Plus d’élection. Le match est plié avant d’être joué…Quoi de plus naturel, ne vit-t-on pas en pleine dictature ? « Elections, pièges à cons… » tel était le slogan d’un autre siècle.

Retour au réel moins drôle mais là ça ce passait dans un hôtel parisien, non pas celui de police. Encore que ? Avec le grand oral passé par trois candidats à la présidentielle et un ministre, comme par hasard celui de l’Intérieur, qui connait bien et pour cause la maison « poulaga » représentant de son président encore non candidat. Quatre « prévenus » comparaissant néanmoins en audition libre, sans les menottes aux poignets. Ouf.

Il n’aurait plus manqué que les trois candidats de droite et de la droite extrême arrivent sous bonne escorte policière pour se disputer justement les faveurs de leurs collègues. A l’occasion d’un examen de passage organisé et animé par le très droitier syndicat des gardiens de la paix d’Alliance-Police. Qui, à l’instar d’autres organisations patronales ou autres syndicats professionnels s’arroge le droit de convoquer les postulants. Qui y courent. C’était une première car jusqu’à présent ce syndicat se contentait d’envoyer des questionnaires aux intéressés.

Tous ne font pas preuve d’un tel empressement pour promettre la lune. Jean-Luc Mélenchon, a été privé volontairement de garde à vue. Il ne cherche pas de toute façon les faveurs des « flics ». Il aurait perdu son temps face à ses « ennemis » dont il pense le plus grand mal. Les autres candidats de gauche ont décliné l’invitation. Pas bien ! Ils n’aimeraient pas l’uniforme ? Et surtout ceux qui les portent ? Ils sont tellement forts dans les sondages qu’ils n’éprouvent pas le besoin de draguer les 800.000 et plus de fonctionnaires de police. Ca ne suffirait pas. Pauvre Anne Hidalgo, désormais dépassée par Fabien Roussel, dans certaines enquêtes d’opinions, elle pourrait aussi être rattrapée par Dupont « Gnan-Gnan » et pire encore par Philippe Poutou ! Et par Jean Lassalle d’ici à deux semaines ? Elle semble toutefois hors de portée de François Asselineau ou Nathalie Arthaud. Comme quoi il y a tout de même des nouvelles réconfortantes pour la maire de Paris.

Il n’est pas sûr que les prétendants à la présidentielle de droite répondraient avec le même élan amoureux à une « convocation » de Philippe Martinez, « patron (oh le vilain nom) de la CGT ! C’est dommage car les échanges auraient pu être très intéressants. Mais dans cette hypothèse, il est probable que les fronts de l’échiquier politique auraient été inversés ! Choisis ton camp camarade…

PS: A chacun ses costards mais là il n’y a pas de présomptions d’emplois fictifs, surtout pour le mari, patron de l’une des branches de General-Electric. Il n’en demeure pas moins que « Le canard enchaîné » dans sa dernière livraison taille un « short » à ce qu’il appelle « l’encombrant patrimoine de la candidate Pécresse » qui de façon « curieuse » est livré à la curiosité de ses électeurs dans un timing ressemblant à celui employé il y a cinq ans à l’encontre de son prédécesseur candidat, François Fillon à qui il avait été « taillé » un sacré costume. La publication satirique y met en lumière le bas de laine immobilier et en stocks-options conséquent du couple (commencé il y a maintenant 20 ans par une première maison à la Baule). Un patrimoine à la fois baulois et versaillais que la candidate se trouvera dans l’obligation de publier comme ses adversaires. Le même hebdomadaire se paie aussi Monsieur Z qui comme dirait Jean-Luc Mélenchon, aurait quelques « pudeurs de gazelle » à évoquer ses revenus, jusqu’à minimiser ses gains multiples d’écrivain et journaliste multi-cartes, presse écrite et télés (mais ça s’était avant)… Avant que cet « employé » modeste ne soit engagé dans la « Reconquête » d’une certaine plus grande transparence. A qui le tour ? Les paris sont ouverts…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :