Bal tragique à Versailles et Chantilly: une candidate doublement poignardée ! Et haro sur le « loser et déserteur »…

Ca ne sent vraiment pas très bon pour la candidate républicaine. Et il n’y a pas qu’au niveau des sondages. A seulement quatre jours de son grand meeting parisien auquel Nicolas Sarkozy ne participera pas, selon toute probabilité. Ce n’est probablement pas un hasard si, de façon simultanée, l’ancien chef de l’Etat et son ancien ministre du Travail et du Budget, dont la grande proximité n’échappe à personne, se sont exprimés hier durement sur Valérie Pécresse. Pour le premier, qui ne s’est toujours pas prononcé pour elle, la présidente francilienne mène « une campagne inexistante ». « Elle n’a rien compris à cette campagne », déplore-t-il en la brocardant sévèrement selon les confidences qui lui sont prêtées aujourd’hui dans les colonnes du « Figaro » corroborant ses critiques sévères en privé.

Remonté comme un coucou, l’ex-président de la République considéré encore comme une « statue du commandeur » écoutée et respectée au sein d’une partie de sa famille, semble aujourd’hui éloigné d’un soutien inconditionnel à la candidate de son camp. Il semblerait que la grande équipe de France perde au fil des semaines des joueurs de plus en plus transférables. Et pas des moindres.

Le divorce est en revanche définitivement consommé et là aussi sans grande surprise avec son ancien collègue des gouvernements Fillon, Eric Woerth, actuel président de la Commission des Finances à l’Assemblée nationale. L’ancien maire de Chantilly fidèle à ses couleurs depuis 1981, et une caution de crédibilité certaine, a officiellement fait état avec des mots aussi durs, de son départ de LR et de son intention de soutenir le président sortant. Et là il ne s’agit pas d’un second ou troisième couteau à l’image de Guillaume Peltier. D’un transfert sans conséquence. Même s’il manie avec une redoutable efficacité l’arme du poignard ! En ajoutant avec un certain malice: « Non, Emmanuel Macron n’a pas cramé la caisse ». Ses amis de façon pas très élégante pour certains d’entre eux, dont le président LR, Christian Jacob, balancent au passage ses déboires passés judiciaires…ponctués par des non-lieux et le fait qu’il était un « semi-retraité » de la politique. Elu tout de même par ses pairs à la tête de la prestigieuse commission des Finances ! Viser Éric Woerth c’est aussi en remettre une couche sur les ennuis judiciaires de son patron d’alors et ancien trésorier du candidat Sarkozy. Ce n’est pas très malin ! Comme l’absence de la candidate à sa réunion avec le lancement national de ses comités de soutien avec son état-major qu’elle a séchée à la dernière minute. Pour se montrer seulement en visioconférence avec tous ses ami(e)s. Vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre…

L’ancien ministre qui est loin d’être un fou-furieux, réputé pour sa rigueur budgétaire, et sa modération n’a aussi probablement pas oublié le…lâchage de certains de ses compagnons de route lorsqu’il avait été contraint à la démission! Alors opportuniste et traitre le nouveau supporter de Macron ? Il est permis d’envisager d’autres départs et ralliements non négligeables coté LR (on parle dans les milieux dits autorisés de la possibilité pour une trentaine d’élus de villes importantes) de franchir le rubicon. Comme l’a annoncé ces dernières heures la présidente du Grand Reims (300.000 habitants) ministre de Jacques Chirac, Catherine Vautrin. Surtout si les enquêtes sondagières tournent encore plus au vinaigre pour Valérie Pécresse ! Les plus interrogatifs sur les chances de succès de leur championne ne vont pas manquer de se poser des questions très existentielles sur leur survie politique dans un avenir rapproché.

Dans cette série de règlements de comptes auxquels elle est familière, Rachida Dati en a remis une couche épaisse et ressorti la sulfateuse ce matin en étrillant le directeur de la campagne de la candidate républicaine, Patrick Stéfanini, « celui qui avait abandonné en rase campagne François Fillon en 2017 ».  » Je n’ai pas de leçon à recevoir de ce loser et déserteur qui a perdu toutes ses élections malgré des parachutages en or partout en France qui lui ont été offerts du RPR à LR et qui en aucun cas n’est celui qui a permis de faire gagner Chirac. Cette victoire, notre ancien président l’a bien remportée à titre personnel. Avec l’aide d’Antoine Rufenacht à la manœuvre . Et personne d’autre et surtout pas Stéfanini. Ses leçons il peut se les garder pour lui ». Voilà qui va faire plaisir à nombre de havrais encore très attachés à leur ancien maire disparu…

PS: Voilà une initiative à laquelle je souscris totalement. Le président du MoDEM, François Bayrou, a lancé de façon officieuse un site invitant les différents partis politiques à utiliser le cas échéant le droit d’une « banque de la démocratie » destinée à aider les candidats aujourd’hui crédités de 10 % et plus à obtenir les 500 parrainages, ou « marrainages » pour reprendre l’expression favorite des féministes. Le commissaire au Plan toujours fidèle à Emmanuel Macron, trouverait « scandaleux » que des candidats comme Le Pen, Zemmour et Mélenchon ne puissent pas obtenir le précieux sésame. « Lou Bayrou le béarnais » a lui déjà prévu au niveau de son mouvement une réserve de 200 à 300 d’élus locaux susceptibles de venir au secours des candidats menacés de non-sélection à la présidentielle. Cette proposition intéressante reste néanmoins un peu limitée quant à son seuil avec un curseur qui mériterait peut-être d’être abaissé à 5 %. A voir…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :