Ca sent le gaz ! Et quelles « enfarinades »…

Voilà que deux de nos anciennes gloires politiques refont surface dans l’actualité. L’un à l’est et l’autre vraiment à l’ouest !

A l’est tout d’abord, où le mari de Pénélope, non pas Ulysse, mais bien un certain François reconverti dans sa nouvelle odyssée beaucoup plus lucrative, les affaires de gaz, puisque travaillant pour le compte d’un des plus grands groupes gaziers russes, s’est fait « gazé » bien maladroitement par le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune, comme étant un « complice » de Vladimir Poutine. L’ancien Premier ministre et collaborateur de Nicolas Sarkozy aurait-il désormais un bureau dans l’enceinte même du Kremlin ? Encore un emploi fictif ? Une nouvelle fois, c’est encore Pénélope qui effectue tout le boulot. Et qui va porter le chapeau ? Vodka générale !

Il ne faut peut-être pas exagérer, même si bien sûr dans le contexte actuel toute promiscuité avec les intérêts russes peut conduire à tant de suspicions. Le chef de l’Etat n’a guère goûté cette sortie malvenue et un tantinet politicienne en direction aussi de l’ancienne ministre de François. Il s’en serait expliqué en direct avec Valérie Pécresse et surtout l’intéressé, coupable de cette « saillie ». Ouf, le mari de Valérie ne travaille pas lui au profit d’une firme russe mais d’un groupe américain! Nous voilà à l’abri d’un possible conflit d’intérêt aussi diplomatique.

Ce n’est pas non plus une raison que la Russie soit le plus gros exportateur de blé du globe pour en faire des tartines sur l’échec des négociations de paix toujours dans le cadre du conflit russo-ukrainien. En accusant son adversaire encore non déclaré, Emmanuel Macron, de « s’être fait rouler dans la farine » par Poutine, Jean-Luc Mélenchon, mouché par le snipper Castaner, (l’ancien « premier flic » de France, qui évoque une accusation « grotesque et assez minable ») pratique toujours autant le sens de la nuance outrancière. C’est sûr que « la République c’est lui » et qu’avec lui à l’Elysée, ça n’aurait pas été la même musique. Avec ou sans le virtuose Rostroprovitch. Tout en muscles le Jean-Luc insoumis, Le « p’tit père » du peuple des opprimés. Comme c’est bizarre, son groupe du Parlement européen, avait lui refusé de voter une résolution condamnant l’extrême militarisation des russes aux frontières avec l’Ukraine, il y a peu. Les insoumis français ne sont pas les mieux placés pour donner des leçons. Les « pôvres », ils ont dû également être roulés dans la farine de blé tendre à l’égard du pouvoir autocrate moscovite.

Le dictateur de Moscou peut dormir tranquillement sur ses deux oreilles. Au moins jusqu’à la fin avril. Même pas peur. Et peut-être encore moins avec nos deux autres prétendants élyséens de la droite extrême, surtout Marine Le Pen, qui contrairement à la fois précédente, n’a pas pu se faire financer par une banque russe, mais hongroise. Alors « Vladi » on ne veut plus secourir la petite soeur dans le besoin, Marine ? Merci à un autre grand démocrate de l’est européen, « Totor » Orban !

Les déclarations de notre Premier ministre, Jean Castex, avec l’annonce des premières représailles économiques décidées au niveau de l’Europe, ont dû aussi faire trembler terriblement les murs du Kremlin. Reconnaissons que notre « Gargamel » de Matignon, n’est pas aidé, et il n’y peut rien, par son accent chantant du Gers qui n’est en rien martial et guerrier. Normal au pays du « Bonheur est dans le pré »…

En parlant de bonheur, comment ne pas se satisfaire du grand retour d’un de nos « illustres » anciens hommes d’état, François Hollande. Le président « normal » ressort de l’anonymat précisément grâce ou à cause de la sortie de l’anonymat des parrainages, sujet sérieux évoqué aussi par « Jeannot » hier dans l’hémicycle, pour lequel l’ancien président et le parlement à majorité socialiste de l’époque, portent une responsabilité partagée, notamment par le Conseil constitutionnel. Il sera toujours temps, le cas échéant, de clouer au pilori ces…trente mille élus qui jusqu’à aujourd’hui, ont, par manque de courage, refusé de parrainer l’un des prétendants. Et au nombre desquels figurent en plus grand nombre et pour cause puisqu’ils sont les plus nombreux, les républicains et socialistes dans les villes de grande, moyenne ou petite importance. Ils peuvent d’ores et déjà ranger leurs mouchoirs. Qu’ils n’osent pas verser des larmes de crocodile sur un possible déni de démocratie. Demain il sera peut-être trop tard. A moins là aussi que nous soyons « roulés dans la farine » dans cet excès ou pas de victimisation. Et là Poutine n’y est pour rien…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :