Marathon, plagiaire et gorgée de bière: « un président ne devrait pas dire ça »…

De l’heure un peu avancée du goûter à celle de l’apéro. Près de cinq heures de programmation électorale marathon. Trop long comme souvent. En quelque sorte un bilan aussi de mi-mandat dans la continuité absolue de son premier quinquennat avec un maître-mot: la valeur du travail. Deux chiffres principaux néanmoins à retenir: une trentaine de gros chantiers (dont la promesse du « plein emploi ») soit l’équivalent d’une cinquantaine de milliards par an. Il est trop fort le « Manu ». « Birgit » peut être fière de son « petit écolier ». Les enseignants un peu moins. Ils n’ont pas dû apprécier au passage que le président-candidat annonce que certains profs pourraient aussi être augmentés au mérite. Quel sale gros mot ! Le gâteau était consistant. Avec des bougies incandescentes pour reprendre l’adjectif préféré de Valérie Pécresse à l’issue de son grand meeting parisien raté il y a un mois. La droite républicaine fulmine. Vocifère.  » L’Hercule Macron » aux 12 travaux largement dépassés lui aurait pillé une grande partie de son programme. Un plagiaire le « Manu » ? Visiblement il n’a pas fait main basse que sur les bonnes idées de LR, décidément jamais content. Il devrait pourtant l’être même s’il considère qu’il ne s’agit que « d’une pâle copie » C’est à ne rien y comprendre !

C’est vrai aussi qu’il ne lui a pas « piqué » éventuellement que ses promesses. Il lui a également « chipé », le vilain garnement, une grande partie de ses électeurs. « Touche pas au grisbi «  …pleurent aujourd’hui les républicains. Leur candidate se rapproche dans les sondages de plus en plus dangereusement de la barre des 10 %. Un seuil déjà tellement maigre…Et pourtant ce n’est pas encore Carême.

Ils ne passeront pas leurs vacances ensemble! Nos deux présidents. L’un de la République pour au moins un bon mois et celui du Sénat. Le premier a envoyé un scud au second personnage de l’Etat. Il n’avait pas en effet apprécié le feu nourri du chasseur Larcher lui reprochant d’enjamber la présidentielle, une attitude susceptible de jeter un voile sombre sur la légitimité du sortant vainqueur. Le verrait-il déjà réélu ? Quelle confiance à l’égard de sa candidate préférée ! Toujours est-il que lors de sa conférence de presse « Emmanuel I er » a envoyé une salve de plombs en direction du « bon vivant » du palais du Luxembourg en rapportant une petite gentillesse: « un président ne devrait pas dire ça ». Encore un plagiat d’un titre de livre pas franchement à la gloire de son prédécesseur à l’Elysée, François Hollande. Un ex qu’il va retrouver dans la « cité des violettes », Toulouse, dimanche avec un autre ex de la maison, pour la commémoration des dix ans du drame de l’école juive, où le terroriste Mohammed Merah avait tué quatre personnes dont trois enfants.

Décidément ils ne se quittent pas nos glorieux anciens. Les retrouvailles surtout entre « Sarko et Manu » seront scrutées avec une toute particulière attention par Valérie et ses amis. Pour les raisons que l’on imagine aisément. Quel suspense insoutenable. Il est peu probable désormais que l’ancien président vienne au secours de son ancienne ministre engluée souvent à la cinquième place dans les sondages. Mais le pire est encore possible ! En revanche il n’est pas prévu que Sarko accompagne aujourd’hui son ami président à Pau, chez son ancien ennemi préféré, François Bayrou. Là vraiment ce serait un sacré (normal dans la ville natale du bon roi Henri IV) événement.

Je terminerai aujourd’hui par une excellente nouvelle liée à un autre illustre béarnais: Jeannot Lassalle en sera. Il n’envisagerait plus en effet de jeter l’éponge. La preuve: avec ses grandes échasses béarnaises il a traversé plusieurs océans pour rejoindre la Réunion, non pas dans son bus (il n’est pas amphibie) pour poursuivre sa campagne. Et surtout un sondage l’a placé en tête. Ce n’est pas une mauvaise blague. Si un autre « géant » de couleur verte, celui-là, est considéré comme le meilleur protecteur de la cause animale (il a la cote auprès des amis des bêtes) lui, serait le candidat le plus plébiscité pour passer un bon moment autour d’une bière ! On a les titres que l’on peut. La convivialité, ça compte tout de même…Ce n’est pas Edouard Philippe, un autre amateur de bière comme le fut le grand Jacques Chirac, qui me contredira…Une petite gorgée de bière, cela ne peut pas faire de mal. En toute modération, bien sûr. Pour moi ce ne sera pas une Corona trop proche du coronavirus mais une bière plutôt d’abbaye. Pour prier à des jours meilleurs forcément !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :