A l’Eure de la guerre et de l’envoi de missiles et Marine assaillie et exfiltrée en Guadeloupe !

Une nouvelle passe d’armes bien regrettable ! Alors que la cause humanitaire pourrait être si belle. Toujours dans son offensive régulière anti-Département, le maire d’Evreux, Guy Lefrand, a envoyé des missiles en direction de l’exécutif de l’Eure, (pourtant si proche géographiquement, attention danger !) présidé par le ministre Sébastien Lecornu. Le président LR de l’Eure s’écharpe une fois encore avec son ancien collègue de Vernon. Il est sûr que les deux hommes ne partiront pas ensemble à Kourou, en Guyane, l’un des territoires du ministre du gouvernement chargé de l’outre-mer. A la place de « Guitou » j’aurai peur d’effectuer un voyage en navette spatiale sans retour sur le terre ferme !

L’armistice n’est pas prêt d’être signé entre les deux anciens amis politiques. Et de temps en temps les tirs reprennent avec plus ou moins d’intensité. Surtout au moment des élections. Ce n’est qu’une coïncidence. Le sujet aujourd’hui: la livraison non pas d’armes mais bien de colis à destination des ukrainiens. Le premier magistrat ébroïcien n’aurait pas été associé à cette initiative…qu’il avait précédée quelques jours plus tôt par le propre déplacement d’un petit convoi humanitaire géré par la Ville (à grand renfort médiatique) à la frontière ukrainienne en Pologne. Une démarche très respectable avec en action une délégation un « poil » monocolore à savoir qu’elle n’était constituée que par des d’élus et élues et volontaires bénévoles dont la proximité politique avec Guy Lefrand ne fait pas le moindre doute. La secrétaire LR de l’Eure et ancienne maire du Neubourg, faisait aussi parti du nombre.

D’autres élus majoritaires ébroïciens jugés moins « sûrs » n’auraient-ils pas été conviés ? Ce ne serait là aussi que pure coïncidence fâcheuse. Y figurait en revanche entre autres une future candidate LR (dévouée par ailleurs) aux législatives de juin prochain.

Il ne faudrait pas que cette belle cause mille fois méritoire et exemplaire ne se transforme pas, petit à petit, en récupération politique trop appuyée par certains ou certaines.

« Ne nous trompons pas de combat » lui a aussitôt répliqué le président de l’agglo de Vernon, le maire des Andelys, Frédéric Duché, une nouvelle fois courroucé par l’attaque venue de la Ville d’Evreux…« Son maire n’a jamais participé aux réunions préparatives à cet envoi devant avoir lieu d’ici à quelques jours ». Et le vice-président du Conseil départemental de rappeler, non sans malice, que les huit élus adjoints d’Evreux et de l’agglo, membres de la majorité départementale (les mêmes qui avaient été considérés comme des traitres pour avoir fait ami-ami avec le président LaREM honni, en juin dernier, avaient évidemment voté pour. « C’est une polémique indécente » juge encore la bras droit de Sébastien Lecornu: « le maire d’Evreux s’isole de plus en plus dans une posture politicienne ».

Posture ou pas, le maire (urgentiste) de la ville aux « cent ponts » (soutien légitime de Valérie Pécresse) avait selon toute probabilité une autre urgence samedi matin à l’heure d’une réunion de soutien à Emmanuel Macron dans une autre « ville d’eau » de l’Eure, Louviers où le maire de l’ancienne cité drapière, François Xavier Priolleau (MoDEM) y accueillait plusieurs de ses collègues du département venus à la rencontre d’un trio de ministres, les deux régionaux de l’étape, Bruno Le Maire et Sébastien Lecornu et le chef d’Etat-major de la campagne macronienne, Julien Denormandie.

Un rassemblement auquel participaient aussi l’ancien secrétaire d’Etat à la Ville et député socialiste, François Loncle et le président de l’agglo de Louviers-Val-de-Reuil, Bernard Leroy, son vainqueur (en 1993) aux législatives dans la 4 e de l’Eure. La seule défaite législative de la longue carrière de député de « Tonton » suppléant de Bernard Tapie dans le dernier gouvernement Bérégovoy. Avant la « déconfiture » de l’ancien parti à la rose, bien… »épinée  » depuis ! Il était déjà loin le congrès d’Epinay…

PS: La candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, n’a pas reçu que des colliers de fleurs en terre guadeloupéenne! Encerclée et insultée par une trentaine d’indépendantistes par franchement accueillants, qui s’étaient introduits dans son hôtel où elle effectuait un duplex télévisé avec la métropole, elle a dû être en effet sortie de ce mauvais pas et exfiltrée pour assurer sa sécurité menacée. Plusieurs de ses accompagnateurs auraient été molestés. Ce qui n’est pas tolérable quelle que soit l’identité du ou de la candidate. On pourra toujours rétorquer que contrairement à papa Jean-Marie, lors de ses campagnes présidentielles, elle n’a pas été empêchée d’atterrir sur le sol antillais. Il y a du progrès mais il est notoirement encore insuffisant. Et ses efforts de dédiabolisation en ont pris un coup ! Et pas de rhum celui-là…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :