Sur les ponts, on y danse, on y danse sous les balles !

« Et si je me faisais une petite ou grande toile d’impressionniste aujourd’hui » ? C’est ce qu’a dû se dire notre président-candidat qui, aujourd’hui, met le cap à l’ouest après le « ch’nord » et l’Alsace. Direction Le Havre et la ville de son ancien Premier ministre, Edouard Philippe. Pour un déplacement à risques et à portée d’engueulades (comme il les affectionne) lors de sa déambulation prévue notamment au MuMa, l’un des joyaux culturels de la cité maritime dont les électeurs ont placé dimanche dernier Jean-Luc Mélenchon en tête à hauteur de 30 %. Il n’y sera pas question que de Claude Monet ou de Raoult Dufy, mais surtout d’écologie, thème central de cette visite qui était dans les tuyaux d’assemblages du futur parc éolien en mer dont le chantier est prévu sur le premier port de France. Qui dit port, dit dockers et ceux de la Porte océane ne sont pas les moins turbulents. On peut raisonnablement penser qu’ils offriront le meilleur accueil chaleureux et bruyant à leur visiteur de marque lors de leur rencontre autour du chantier venteux des éoliennes !

Pendant ce temps-là, telle la cigale ayant chanté l’espace de deux étés, « maman chats » va devoir modifier ses miaulements après ces minauderies si sympathiques de campagne. Arrive le temps de la tempête pour ce début de seconde mi-temps où elle ne peut plus compter sur le paratonnerre Zemmour qui lui a bien rendu service ! Les éclairs zèbrent ses sorties poussives ! Elle est aujourd’hui dans le Vaucluse, terre d’élection où elle ne prend guère de risques sur le pont d’Avignon !

Ce n’est pas néanmoins une raison pour dresser devant elle avec excès le chiffon noir de la peste brune. Ce pourrait être contre-productif dans les urnes. Il faut raison garder et les motifs pour ne pas lui apporter sa voix sont tellement légion qu’il ne faut pas retomber bêtement dans l’outrance et des travers hasardeux.

Ses choix pour le retour à des relations diplomatiques avec Bachar el Assad et Poutine, entre autres, son désir « d’attaquer » l’Allemagne (pas encore avec nos avions et chars heureusement) et de réformer l’Europe surtout avec ses proches politiques de Pologne et de Hongrie (ça promet !) et ses aberrations qui conduiraient notre pays à la ruine économique, suffisent. Hélas !

Elle rechantera peut-être, lors de sa tournée des popottes et surtout amis dans le Vaucluse , encore un choix à moindre risque, là où l’on vote le plus R.N et sur le pont d’Avignon: « Il est brutal et agressif à mon égard le président » a-t-elle miaulé et minaudé hier. Quelle belle ritournelle de la blanche colombe de la félicité et de la paix. Si gentille elle dans ses propos à l’égard de son rival de la grande finale. C’est lui l’odieux agresseur. On se croirait, toutes proportions gardées bien sûr, du côté du Kremlin justifiant non pas une guerre avec l’Ukraine, mais bien une intervention à la demande des russophones pour libérer la région est du pays, victime du génocide des « nazis » de Kiev. Quel cinéma grotesque…

Il y en a aussi pas mal du côté de la ville aux « Cent ponts », Evreux, où la guerre fait encore rage depuis que son maire et président LR de l’Eure ait claironné qu’il s’abstiendrait de voter pour son ennemi préféré, Emmanuel Macron. Branle-bas de combat autour des tranchées des rives de l’Iton. Si Guy Lefrand appelle à la Résistance, comme en 40, de façon quelque peu grandiloquente, ses ennemis honnis de la République en Marche, « les collabos » du président, peut-être…ripostent autour de leur « général en chef  » du Département, Sébastien Lecornu, en lançant une tribune ouverte à l’ensemble des élus de l’Eure. Pour s’élever de cette prise de position stratégique qu’ils n’appellent pas encore « poutinienne » du président de LR de l’Eure. Qui n’a pas forcé son talent et même à été jusqu’à saboter, selon ses compagnons détracteurs, la campagne de Valérie Pécresse sur ses terres euroises.

La quasi totalité des conseillers départementaux, dont bon nombre d’élus de moins en moins républicains ou estampillés comme tels, dont la référente « Libre » de Valérie Pécresse pour l’Eure, et trois autres de ses collègues adjoints de la majorité municipale d’Evreux ont déjà signé cet appel. D’autres pourraient suivre d’ici à la fin de la semaine. Courage les ami (e) s !

C’est dire si le bateau tangue (un peu ?) à nouveau du côté de l’hôtel de ville de la capitale de l’Eure, où il ne se passe pas un jour ou presque sans que des roquettes ne soient envoyées de chaque côté. Evreux ou Beyrouth-sur-Iton, devrait se jumeler avec la seconde ville ukrainienne de Kharkiv. On n’ira pas jusqu’à une comparaison avec Marioupol. Le beffroi tient bon encore debout…Ouf. La tour de l’Horloge n’est pas encore été prise d’assaut.

On pourrait néanmoins assister au retour des duels pas très loin, du côté du pré du Bel-Ebat, où un adjoint au maire, un fidèle compagnon de la Libération de Guy Lefrand, pourrait inviter le grand argentier et ancien député de la « circo » à croiser le fer ou le pistolet. Il parle « d’affront » des plus terribles. Le ministre de l’Economie fâché avec son ancien suppléant à l’Assemblée nationale, Guy Lefrand (l’inverse est tout aussi vrai) a osé taclé son ex-ami politique après sa position du ni-ni et de ne pas faire barrage à l’extrême-droite. « Lefrand reproche à Emmanuel Macron ce qu’il n’aurait pas fait pour la France alors que lui n’a pas été capable à son niveau de rénover la salle des expos ». Où il tenait réunion publique mardi soir. Tu l’as vu ce bourre-pif digne des « Tontons flingueurs ». Alors là que n’avait-il pas dit, le « nono » de Bercy? Un crime non pas encore contre l’humanité, mais pas loin, selon l’élu résistant qui bien évidemment s’est servi des réseaux sociaux pour alimenter la polémique suite à ce vilain tacle. Une de plus. C’est fou ce que l’on aime les invectives et ce n’est pas le lancement de cette nouvelle tribune (justifiée) lancée par la majorité départementale qui va venir apaiser le climat…Bonjour l’ambiance. Sur les ponts d’Evreux, on y danse, on y danse…sous la balles ! Et il y en a une centaine à reprendre. Bon courage !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :