Une « belle » fumisterie difficile à entendre et vendre!

Sacré filou ou « Philou » porté disparu depuis de longs mois. Il est toujours bien vivant et prêt à retourner au combat de rue. Il devait être parti sur un autre chemin. Probablement pas celui de Compostelle. Sa foi de marcheur, il la partage surtout avec les camarades de la lutte finale. Saluons le grand retour du patron (le vilain gros mot) de la CGT, Philippe Martinez. C’est le printemps, le renouveau de la lutte sociale. Il va avoir un bon os à ronger avec moelle avec la perspective de relance, non pas économique, mais bien celle du dossier chaud de la retraite à soixante-cinq ans du futur gouvernement.

C’est sûr que « l’élection » en juin à Matignon de Jean-Luc Mélenchon, lui rendrait un fier service. Le mot d’ordre ou plutôt désordre ne serait plus le même et pour cause. Ne rêve pas Philippe. Le « che » ne rejoindra pas l’Hôtel de Matignon et le bloc (pas spécialement celui du foie gras) de la gauche unie n’obtiendra pas la moindre majorité à l’Assemblée nationale. Pas plus que l’autre front prétendu Rassemblement national. Même alliées (il y a des limites à la plaisanterie douteuse) les deux principales forces d’oppositions à Emmanuel Macron, resteront minoritaires et à quai de la station Assemblée nationale. A attendre le prochain métro. C’est une belle fumisterie qu’ont essayé hier de nous vendre hier tous les « éditorialistes-astrologues » télévisuels. L’espace de quelques heures hélas ruinées par un premier sondage édifiant. « Emmanuel II » aura bien sa majorité au Palais Bourbon.

Marine avant de prendre une semaine de RTT bien méritée pour savourer sa « victoire éclatante » a d’ores et déjà annoncé qu’elle retournerait au charbon électoral dans sa bonne terre minière de Hénin-Beaumont, où elle assurée d’être réélue. Pas de coup de grisou en perspective dans une ville où l’on sait se tenir même en présence de caméras et micros. Pour preuve l’hystérie communicative de deux supportrices de choc du RN, une jeunette et une moins jeune plus expérimentée en langages des mots et des signes, après l’annonce de la victoire du sortant. Le peuple, heureusement, ne se résume pas à ces invectives grossières de folles furieuses tristement médiatisées sous le coup de l’émotion à la vue de « Manu » à l’écran. Ce n’était pas Dany Boon. Bienvenue chez les ch’ties en colère avec insultes et doigts du déshonneur: « sale merdeux, salaud, enculé », j’en passe et des meilleurs…Un magnifique florilège de toute la richesse de notre vocabulaire emprunté de toute évidence aux hommes en habit vert de l’Académie française!

Pendant ce temps là ça « grenouille » fort (pour rester dans le vert) sur les nénuphars de la mare aux canards sans tête. Ils éprouvent bien des difficultés à surnager nos partis touchés coulés à cette présidentielle. Ca va être le sauve-qui-peut avec hélas pas beaucoup de chaloupes à la mer pour sauver les équipages et les passagers victimes du naufrage. Ils vont se réunir en comité stratégique aujourd’hui chez les Républicains, demain entre l’hégémonique commandant du paquebot de la France insoumise et le PS. Enfin ce qu’il en reste. On s’est bien tapé dessus mais là quelles retrouvailles amoureuses en perspective. Quel pied pour un équilibre en suspend ton vol plané.

Régionalisme et surtout chauvinisme oblige je m’efforcerai le plus souvent possible de livrer quelques noms de mes amis ou connaissances susceptibles de participer aux prochaines joutes de juin dans les départements qui me sont le plus familiers. Je commencerai aujourd’hui par l’Eure et à lancer un appel solennel à « Nono » Le Maire qui, comme ses collègues du gouvernement, attend…sa reconduction. A Bercy ou ailleurs. J’ignore encore tout de sa destination. Lui aussi probablement . Sera-t-il candidat aux législatives et avec quelle suppléante bien placée pour occuper le studio pas folichon réservé aux parlementaires rue de l’Université ? Pour l’Hôtel de Lassay, la présidence de l’Assemblée nationale, il ne faut tout de même pas rêver. Ca se mérite et ce n’est pas le lieu pour le bal des débutantes.

Un département qui selon le score de Marine à la présidentielle pourrait offrir un siège à un candidat ou une candidate R.N. Je pense notamment à la circonscription de Vernon-les Andelys, voire celle de Bernay-Pont-Audemer. Pour ce qui est de la V e non pas de Beethoven (elle existe ?) je fais toute confiance à l’homme fort de l’Eure, Sébastien Lecornu, pour dégager la marcheuse « grande gueule » O’Petit » qui pourtant aimerait bien rempiler ! Le président du Département devrait normalement en…être, non pas député (il est déjà sénateur en attente) mais bien du prochain gouvernement. Mais pas forcément chargé de l’Outremer. Les résultats du « patron » plus particulièrement aux Antilles ne plaident pas forcément pour lui. Même si bien sûr il n’est pas le seul fautif dans « l’affaire ». Mon premier ticket concerne aujourd’hui celui d’Evreux II, avec le tenant LREM, Fabien Gouttefarde et sa suppléante, conseillère municipale d’opposition à Evreux, tendance « Horizons » Isabelle Collin. Entre nous et surtout ne le répétez pas, Isabelle que j’ai cotoyée avec plaisir non pas sur les bancs de l’école (je ferai injure à son très jeune âge) mais à la mairie d’Evreux il y a une vingtaine d’années, aurait pris une plus grande assurance parisienne en…choisissant (façon de parler) un élu (s’il est candidat) susceptible pour la troisième fois de siéger sur les bancs des ministres ! Et que plus sûrement c’est toujours le titulaire (ou sa famille) qui désigne son remplaçant ou sa remplaçante.

P.S: Nathalie La gaffe. Comme Gaston. Mais là il ne s’agit pas d’une planche de B.D. Cela faisait un temps certain que la tête de liste macroniste « Renaissance » aux Européennes, Nathalie Loiseau, n’avait pas fait parler d’elle et quitté son nid douillet de Bruxelles. On ne peut que se féliciter de ce grand retour. Elle l’a signé d’un hommage bien mérité à l’acteur Jacques Perrin, disparu il y a quelques jours. Sauf qu’elle l’a accompagné dans sa dernière demeure avec le portrait d’un autre Perrin acteur, prénommé Francis, toujours bien vivant lui. Longue vie au juge « Mongeville » qui lui en revanche a bien quitté hélas! le petit écran le samedi soir alors que l’audimat de cette série plaisante était particulièrement bon. Une claque vraiment pas méritée pour cet acteur sympa ayant aussi tourné aux côtés de l’immortel Lino (Ventura) et Isabelle Adjani dans la vraie « Gifle » cinématographique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :