Régionalisation des législatives: malin le lynx normand et conquérant ?

Ah la vache, l’un des symboles du patrimoine de la Région. Une nouvelle espèce animale: le lynx, vient de faire son apparition sur les cinq départements normands de Cherbourg-en-Cotentin, à Gisors, en passant par le Mont-Saint-Michel (où l’on voit davantage les moutons de prés salés bêler) le Bec-Hellouin, Camembert et Pont-l’Evêque. C’est gouleyant en bouche. Et même par Neufchâtel, plus à l’est du territoire, en pays de Bray. « Z’avez » pas vu non plus des lynx futés comme des renards ou renardes débarquer sur les plages de Normandie du côté d’Omaha et d’Utah ? Et ce par la grâce de messire le « Duc de Normandie », Hervé Morin, bien réélu sur ses terres à la tête de son armée la « Normandie conquérante », l’année dernière. Une appellation contrôlée qui entend faire des petits dans un autre parlement que celui de « l’Abbaye aux hommes » à Caen. Mais bien à Paris, pas très loin de la place de la Concorde. Pas facile d’accès en ces heures politiquement riches en matières bien grasses.

Le « lynx » qui ne manque pas d’assurance a parlé. Et lancé son collectif parlementaire. Transformé en pack pour les amateurs de ballon ovale. Il fallait oser et il l’a fait de vouloir régionaliser les futures législatives. En se posant, avec sa nouvelle armure, non pas celle de Jeanne d’Arc, il ne faut tout de même pas exagérer, en général en chef d’une « troupe » de 28 « conquérants et conquérantes » pour autant de circonscriptions normandes, envoyés sur les champs de bataille. Pas celui proche du Neubourg dans l’Eure. Avec pour blason et étendard, non plus leur appartenance à LR ou au Centre, mais bien celui de la « Normandie conquérante ». Le parti de droite et son royal vassal centriste n’auraient-ils plus la cote…de mailles suffisamment solide auprès des électeurs et électrices ? A charge pour ceux et celles qui parviendront jusqu’à atteindre le Palais Bourbon de défendre ensuite les projets et les réalisations de la Région Normandie. Mais nous n’en sommes pas encore là.

Se pose aussi un autre sujet et non le moindre: le financement de l’opération « Overlord » à la sauce Morin. Avec quels sous et écus nos valeureux guerriers partiront-t-ils au combat ? Ceux en partie, ils ne sont plus très riches, de leur formation d’origine contrôlée, ou de la « Normandie conquérante » ? Les deux mon capitaine ? Cette sécession régionaliste, certes, ne manque pas d’un certain panache, mais elle comporte néanmoins des risques car on ne va pas élire des conseillers régionaux !

Les supporters des deux partis précités ne devraient donc voir sur les affiches que cette nouvelle AOC politique nourrie au bon lait normand. Il n’est pas sûr que celle-ci suffise à « tromper » totalement l’odorat de l’électorat. Il n’y a pas autant de honte à défendre sa propre bannière ou écurie. Surtout lorsqu’on est amoureux des chevaux comme Hervé Morin. L’avenir nous dira si sa manoeuvre suffira à sauver quelques uns de ses soldats menacés par d’autres voix, celles situées au fond des urnes. Et élus, où siègeront-ils ?

Les urnes de juin, parlons-en toujours avec les tortures épouvantables dont a été victime la direction du Pari socialiste, qui, après sa déroute présidentielle, va probablement subir une retraite toute aussi minable: celle du déshonneur de s’enrôler avec son propre assassin, la France insoumise. Un « pacte » électoral pourrait les unir (un coup de théâtre n’est pas totalement à exclure devant la levée de boucliers) et les socialistes accepter peut-être une capitulation en acceptant notamment la retraite à soixante ans, le projet de VI e République et pour compléter le tout, renoncer à bien des principes et valeurs de l’Europe qu’ils chérissaient avant. Ils sont devenus fous…Il n’est pas sûr que les « Verts » en fassent de même…même si la tendance défendue par Sandrine Rousseau, radicale parmi les radicales, peut emporter le morceau de steak face à Yannick Jadot. Pour sauver quelques petites assiettes de lentilles vertes…Quid aussi des lentilles « rouges » ? A chaque jour son menu…indigeste. Claquements de portes en vue ! Encore une histoire de cocus à la Courteline.

Alors que du côté du Président, d’autres choristes vont entrer en scène pour entonner ce si beau chant des partisans transformé en « chant des courtisans »…Elle est pas belle la politique surtout lorsqu’on se range du côté des vainqueurs? Son « héros », Emmanuel Macron, et ça ne date que de quelques jours, vient de se faire traiter de « bâtard de Hollande » par l’insoumis député de la Somme et journaliste, François Ruffin. Un sacré cabot…in celui-là. Ma mie…quelle délicate expression. Et tellement croustillante ! Elle ne manque pas de levure cette insulte. Déjà bâtard, appellation utilisée aussi pour la gente canine, n’est pas très sympa, mais lorsqu’on y ajoute le nom de Hollande, adepte des petits déjeuners avec livraisons en scooter rue du Cirque, pendant son quinquennat, de croissants et pains au chocolat offerts à sa « belle », on peut en rester baba comme un rond de…flan-by, l’un des surnoms que lui donna naguère « Lolo » Fabius…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :