Parachutage électoral: des moules-frites à la bouillabaisse garnie d’arêtes !

Chef Cruchot-Zemmour au rapport. Elle est pas belle la vie au pays des cigales ! Le maréchal-des-logis-chef Zemmour, le chef de brigade de « Reconquête » va poser pour quelques semaines ses valises à la terrasse de Sénéquier pour tenter de remporter sa première victoire électorale du côté de Cogolin-Saint-Tropez, au pays aussi de Brigitte Bardot, plutôt « Le Penocompatible ». Pas sûr en effet qu’il base sa permanence dans le propriété de la « Madrague » de B.B ! Et puis choisir l’héroïne du film « En cas de malheur » pourrait lui porter préjudice en terme électoral.

C’est quand même sympa la région varoise, même si les mimosas ne sont plus en fleurs, pas très loin du fort présidentiel de Brégançon. Il devrait en principe avoir un peu de temps de libre, courant août, pour plonger une tête dans la piscine bleu marine de Brigitte et Emmanuel et leur chanter un refrain quasi national « Dou you, dou you Saint-Tropez, il y a toujours des beaux garçons à Saint-Tropez ».

Plaisanterie mise à part, au moins lui il y va à la tête de ses troupes qui risquent pourtant le zéro pointé aux législatives. Le Zemmour napoléonien n’a pas esquivé cette nouvelle bataille. Plus proche de Waterloo que d’Austerlitz ou Iéna. Et entre nous s’il est élu, la région de « Saint-Trop », c’est tout de même plus glamour que Hénin-Beaumont, la résidence très secondaire de Marine Le Pen. Pour faire peuple au pied des anciens terrils.

L’Etat-major de son parti et la candidate elle-même peuvent se moquer du parachutage touristique de Monsieur Z, ils en connaissent un rayon au RN pour le sport prisé de la plupart des partis politiques: le parachutage électoral avec des forts risques de chute libre.

Je me souviens lors de précédentes législatives dans l’Eure où des candidats alors du Front national ne connaissaient même pas les limites géographiques de leur circonscription. Et pour cause puisqu’ils n’habitaient déjà pas le département. Et encore moins les caractéristiques des territoires pour lesquels ils avaient pris un bail très provisoire de quelques semaines sans faire pour autant campagne. Le GPS à l’époque ne faisait pas partie du kit de campagne des candidats de Jean-Marie puis de Marine…C’est beaucoup moins le cas aujourd’hui, reconnaissons-le, avec des élus municipaux dans même les chefs-lieux de cantons ruraux.

Autre parachutage amusant que j’envisageais hier: celui désormais officiel du « bras droit » très à gauche de Jean-Luc Mélenchon dans la circonscription de ce dernier dans une circonscription très populaire à Marseille qui a voté en avril à plus de 50 % pour son député candidat à la présidentielle. Il ne risque pas a priori grand chose l’autre « Manu » Manuel Bompard, député européen, encore un bon donneur de leçons qui va faire rire tout le monde en abandonnant les moules-frites au parlement de Bruxelles pour s’offrir de bonnes bouillabaisses sur le « Vieux-Port ». Changement de menu à la carte …Gare néanmoins à ne pas s’étouffer avec des arêtes ! Qui ont déjà été avalées par leurs partenaires électoraux de gauche soumis à la portion congrue au niveau des poissons dit nobles !

Elle est pas la belle la vie politique avec tous ces exilés volontaires qui sautent d’un mandat à l’autre ! Sans prendre le moindre risque puisque même défait, lui comme d’autres, continuera d’aller à la bonne « sousoupe » de poissons, riches en oméga 3 !

Et pendant ce temps-là son « patron » Jean-Luc, n’aura plus de mandat électoral. De toute façon il s’en moque puisqu’il va être élu Premier ministre. Il n’y croit évidemment pas. Il aura surtout, après avoir éliminé la concurrence, cinq ans pour préparer la présidentielle en candidat unique de la gauche. Pour enfin décrocher une place en finale mais cette fois-ci pas face à Emmanuel Macron. A 75 ans, à l’âge du général de Gaulle, lors de sa candidature en 1965 ! La comparaison s’arrête là…

Les plaisanteries les plus courtes sont toujours les meilleures, c’est bien connu !

PS: 22, voilà le nombre de ministres et secrétaires d’Etat qui, en juin prochain, vont tenter de devenir ou redevenir député. Combien seront-ils sur la ligne d’arrivée ? Il n’est pas assuré, loin de là, qu’ils puissent constituer deux équipes de football. Il est une qui complétera la liste, qui en dépit d’une exclusion (elle a été exfiltrée du terrain il y a deux mois) mais au titre de dissidente. En l’occurrence l’ancienne secrétaire d’Etat MoDEM chargée de l’Education prioritaire, Nathalie Elimas, invitée à sortir du gouvernement pour cause de harcèlement professionnel à l’égard de plusieurs de ses collaborateurs de cabinet. Elle entend pourtant se représenter dans son fief du Val-d-Oise.

Ses anciens collègues du gouvernement resteront ministres au moins jusqu’à lundi. Pour cause de déplacement à Rome au Vatican ce prochain dimanche de Jean Castex I, pour cause de représentation diplomatique de la France pour la canonisation de Charles de Foucauld, « ermite des déserts » présidée par le pape François. Ce n’est que le lendemain, en principe, que la fumée blanche sortira de la cour de l’Elysée, au moins pour l’identité du « first minister ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :