On a échappé au reconfinement mais pas à toutes les « saloperies »… éventuelles!

Vingt heures hier à la télévision. Emmanuel Macron devant ses compatriotes. Solennité affichée. L’heure est grave comme au mauvais temps de la pandémie. C’est la guerre. Vexé par la résultats des législatives il n’allait tout de même pas nous punir en annonçant un nouveau reconfinement…alors que les chiffres de l’épidémie remontent de façon inquiétante. Les bons électeurs n’ont pas à subir ce nouvel interdit. Mauvais français, vous allez le payer cher. Ouf. Il n’en a rien été. Il a seulement invité lors de son allocution présidentielle de huit minutes ses oppositions diverses et variées à travailler leurs devoirs jusqu’à la fin de semaine (la réforme de la retraite, la « mère des batailles » doit être hors sujet) et lui faire des propositions dès son retour de plusieurs sommets européen et mondial. En appelant à la responsabilité des partis d’opposition et à des « compromis nouveaux dans le dialogue » « Nous devons apprendre à gouverner différemment  » a, en substance, déclaré le chef suprême. Les plus vachards parlent d’un véritable ultimatum. Ce que réfutent les accusés. Ses « agresseurs » et « irréductibles gaulois réfractaires » jamais contents ne vont tout de même pas le traiter de vulgaire Poutine ?

En attendant Il ramassera les copies en début de semaine prochaine. D’où est totalement exclue l’hypothèse d’un gouvernement d’union populaire. En aucun cas d’actualité. Ce qui n’est pas un mal. La seule coalition qui vaille et c’est bien la seule possible, c’est une « alliance » de circonstance en fonction des lois importantes à voter avec leurs cousins de droite. Enfin les plus raisonnables. Ceux dont le moteur essentiel ne se limite pas à leur haine recuite du macronisme et surtout de la personne du Président, mais bien l’avenir de notre pays. Le seul enjeu qui devrait primer. Les Républicains ont tort, dans leur majorité, d’attendre que le fruit de la Macronie ne tombe dans cinq ans. Au profit d’un Wauquier par exemple. La récolte elle ne sera pas pour eux mais bien hélas pour leurs collègues des extrêmes.

A charge à la Première ministre dont le nom n’a pas été cité par le chef de l’Etat de recevoir habilement à son tour les dirigeants politiques. Elle y joue son avenir. C’est peu dire que la locataire de Matignon, Elisabeth Borne, se trouve en grande situation de fragilité, même si elle a toutes les chances (façon de parler) de se voir accorder un sursis de quelques semaines ou au mieux plusieurs mois. Tout dépendra bien sûr de la docilité ou pas des oppositions à bloquer ou pas la mécanique. Et l’assurance, si ça se passe mal d’une dissolution de tous les dangers. Pour tous et toutes et pas que pour les jumeaux de l’extrême qui n’ont pas non plus intérêt dans les six mois à revenir devant les électeurs et électrices.

Evidemment ça ferait désordre que la nouvelle élue du Calvados saute d’entrée sur la première mine, même si elle n’était pas candidate du côté des plages du…Débarquement. Mais plutôt proche d’un site connu de saut à l’élastique. Les féministes sont déjà prêtes à monter au front et à déplorer de voir la cheffe du gouvernement être limogée. Parce que c’est une femme. Et encore beaucoup plus vite que sa seule homologue sacrifiée du temps de « Tonton », Edith Cresson.

Le camp de la majorité relative peut d’ores et déjà mettre en avant qu’il a décidé hier de choisir les noms de deux femmes comme candidates aux postes de présidente de l’Assemblée nationale (Yann Braun- Pivet) ancienne présidente de la commission des lois et du groupe parlementaire (Aurore Bergé), cette dernière étant une ancienne de l’UMP, sarkoziste, puis juppéiste. Deux promotions féminines constituant une première dans l’histoire de l’Assemblée nationale. Vive les femmes…Le séjour au ministère des Outremer que la première a rejoint il y a un mois, aura été des plus brefs. Même si le décor n’est pas le même, l’Hôtel de Lassay, ce n’est pas mal non plus. Et les décalages horaires très limités !

Il en est une, la toute nouvelle secrétaire d’Etat au Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou, pour qui, en revanche, ce n’est pas la joie avec l’annonce, hier, de deux plaintes déposées contre elle en mai et juin pour viols par deux de ses patientes dans le cadre d’examens gynécologiques. Reconnue pour ses grandes compétences professionnelles, et notamment dans le domaine de la lutte contre l’endométriose, cette nouvelle ministre, ancienne députée des français de l’étranger, se retrouve à son tour au banc de l’infamie, victime à son tour de ce poison violent d’être jetée en pâture ! Comme tant d’autres élus pour certains réhabilités mais trop tard. Le mal était fait.

L’aurait-t-elle été si elle n’avait pas été promue au gouvernement ? Y en a vraiment marre de cette politique de chasse à l’homme ou de la femme avec des « affaires » sortant à points nommés !

La « harpie » verte Sandrine Rousseau lui réservera-t-elle la même bronca que celle qu’elle a promise à Damien Abad ? Et à sa camarade de bancs de l’Hémicycle, la nouvelle égérie de la France insoumise nouvellement élue et symbole de l’extrême-gauche, Rachel Kéké, coupable, (elle l’a reconnu) de tweets il y a quatre ans pro Le Pen (parti qu’elle avait rejoint avant de le quitter) et Bachar El Assad, antisémites, homophobes, racistes… ? Ses publications douteuses ont été très vite exhumées. Rien ne se perd au niveau des réseaux sociaux.

Et ce n’est pas fini avec toutes les « saloperies »…ou pas, courant le tout-Paris (la presse s’en est déjà emparée depuis deux jours) qui là touchent, entre autres, au plus près un couple, non pas royal de la Seine-Saint-Denis (qui a réalisé le grand chelem avec 12 élus NUPES dimanche) mais issu de la France insoumise déjà épinglé (Madame n’était pas alors encore députée à l’époque) pour une histoire bien réelle de logement social de faveur…

Affaire d’utilisation soit-disant cette fois-ci d’une nounou à domicile d’origine algérienne en situation irrégulière et semble-t-il très corvéable, à suivre. Peut-

être ! La prudence s’impose néanmoins…Qui sera la prochaine victime ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :