César d’honneur de l’humour politique! Et la phobie du verre vide…

C’est toujours un grand moment de petit bonheur chaque mois de décembre depuis 1998 avec la remise du César de l’humour politique. Et ce d’autant plus qu’ils ne nous font pas rire tous les jours ! Toutes tendances confondues. Alors félicitons-les tous ces lauréats des bons mots, volontaires ou pas. Et le grand vainqueur aujourd’hui (ça se passait mardi soir) est le très gouailleur camarade secrétaire national du Parti communiste, le grand patron du siège de la place du…Colonel Fabien !

Il faut vraiment remonter au temps de « Jojo » Marchais pour voir un dirigeant du PC nous amuser autant. Dans un genre certes très différent. Bravo Fabien, un « cadet » Roussel plutôt sympa, qui, dans la foulée d’une rencontre à l’Elysée avec le chef d’Etat avait sorti son amusant pistolet à eau : « la station service est le seul endroit en France où en se servant d’un pistolet on se retrouve néanmoins braqué ». Bien vu dans la cible.

L’ancien candidat à la présidentielle qui aurait mérité un meilleur score en avril dernier, succède ainsi à la ministre Marlène Schiappa, qui en 2021, en défendant son projet de loi pour interdire la polygamie avait pris… une position elle aussi sujette à bien des interprétations: « on ne va tout de même pas s’interdire des plans à trois » ! Sacrée Marlène…Toujours le mot pour rire. Une vraie connaisseuse il est vrai pour avoir signé bien avant qu’elle ne soit… membre des gouvernements Edouard Philippe, Jean Castex et « Babeth » Borne, des livres un peu coquins. A quatre mains avec un autre auteur. C’est toujours mieux à deux…pour noicir des pages.

Dans un tout autre style, l’ancien Premier ministre, Edouard Philippe, s’est vu lui remettre le Grand prix 2022 avec sa lecture des résultats des dernières élections présidentielle et législatives en évoquant le nom de Jean-Luc Mélenchon: « Il faut une certaine audace pour quelqu’un qui a été battu à une élection où il était candidat puisse penser qu’il sera élu alors qu’il n’était pas candidat ». Il parlait là bien sûr des grands espoirs de JLM d’occuper Matignon. Et c’est toujours non sans sans humour que le maire du Havre salua celui « sans qui rien n’aurait possible ». De recevoir un tel prix bien mérité. Pour aussi l’ensemble de son oeuvre. Forcément inachevée…

Troisième lauréat: un ancien président de la République, qui lui également a vu son humour récompensé. Pas celui dont il ne peut pas faire preuve face à ses juges lors de ses réguliers affrontements dans les prétoires. Pas sûr qu’ils apprécieraient ! Sa cible la candidate LR à la présidentielle, Valérie Pécresse, pour un tableau ne ressemblant en rien à une nature morte. Encore que ? « Ce n’est parce que tu as les outils de la peinture, une toile et des pinceaux que tu deviens Picasso. Valérie a pris mes idées et mon programme et elle a fait 4,8 % ! Emballé, c’est pesé avec « Nico »…

Il est un autre homme politique qui lui en revanche n’a guère mérité un prix, l’ancien député d’En Marche, mouvement qu’il avait quitté fâché au milieu de son mandat, Aurélien Taché, réélu en juin dernier avec une autre casaque de couleur verte (EELV) a refait parler de lui. Et pas franchement en bien en perturbant sérieusement une pièce dans un théâtre parisien. En ivresse manifeste, le perturbateur, n’a pas vu la fin de la représentation et a été invité manu militari par le régisseur (qu’il a menacé de représailles) à quitter son siège. Connu pour son addiction à l’alcool, hélas, le parlementaire n’en était pas à son coup d’essai. Il avait été condamné il y a quelques mois à Niort à une peine d’amende de 5.000 euros pour son implication dans une bagarre au cours de laquelle il avait aussi menacé des policiers appelés sur les lieux de cette rixe ! Encore un de la NUPES qui va devoir filer droit dans l’hémicycle ! Quelle épidémie…Encore un banni en perspective sur les bancs de l’infamie ?

Chez les verts, tout n’est finalement pas à jeter: ça leur arrive de faire la fête ! Souvenons-nous des excès de l’ancien sénateur EELV et secrétaire d’Etat de François Hollande, Vincent Placé, qui lui aussi avait eu une grosse tendance à oublier de compter les verres. C’est ce qu’on appelait à l’époque une addiction aux verres plutôt pleins ! Une phobie en quelque sorte des verres vides…à rapprocher avec la phobie administrative d’un ancien de ses collègues, très éphémère secrétaire d’Etat, recordman pour ses quelques jours passés au sein du gouvernement sous le règne toujours de François Hollande.

Même si c’est seulement un accessit, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a repris un peu de lumière après sa défaite aux législatives en juin dernier avec cette formule « Elisabeth Borne est formidable mais personne ne le sait ». En la circonstance ce n’était pas une vacherie car l’ancien détenteur du perchoir et la future locataire de l’hôtel de Matignon s’entendaient très bien…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :