Yes…avec le cœur et les tripes !

« Le bonheur est dans le pré ». Mais que ce fut oppressant et stressant. Un long suspense à la Hitchcock ! Quelles « Sueurs froides » avec non pas une « Fenêtre sur cour » mais bien sur le gazon avec un « Crime presque parfait » ! On a pas été malheureux sur ce coup-là et on ne criera pas pour une fois à « Mort l’arbitre » (plutôt cool avec nos joueurs) un film certes plus modeste, mais davantage lié au football.

Quelle journée sportive avec au final une affiche tellement peu prévisible pour la dernière marche avant l’accession en finale entre la France et le Maroc. Notre ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, n’a probablement pas repris en chœur dans son bureau de la place Beauvau la chanson de…« Gala », nouvel hymne favori de nos bleus dans les vestiaires. La petite soeur de celle de 1998: « I will survive » ! Car il doit préparer de pied ferme et sans trembler l’après-match de mercredi entre les Lions de l’Atlas et les coqs français. Un autre match dans le match et pas le plus facile à gagner si des imbéciles se sentent une nouvelle fois pousser des ailes et ce quel que soit le résultat dans les rues et quartiers au coup de sifflet final. Une ambiance beaucoup moins festive. Mais ne soyons pas… »Rabat-joie » à l’avance !

Cette demi-finale, les « lions » du Maghreb ne l’ont pas non plus volée face au Portugal. Et un, et deux et trois favoris au tapis: la Belgique, l’Espagne et le Portugal, trois des favoris de ce mondial sont tombés successivement dans les griffes d’une équipe sans grande star (mais bien avec un gardien qui fait peur à ses adversaires!) mais avec un coeur gros comme ça. Quelle équipe. Un collectif impressionnant. Comment ne pas partager leur bonheur ? Et quelle ferveur joyeuse dans toute l’Afrique et même chez nous au sein de la forte communauté marocaine. Totalement justifiée. Les risques sont plus limités que cette liesse se transforme en débordements dans le royaume marocain !

Encore que certains de ses supporters les plus radicaux confondent le sport et la religion. Mais seulement sur notre territoire. Non, contrairement à ce qu’ils peuvent fanfaronner devant les micros et caméras, ce ne sont pas les musulmans ou les représentants d’Allah qui hier ont remporté la victoire, mais bien leurs joueurs tellement méritants. Dont la plupart portent un maillot dans nos clubs, des plus grands aux plus petits comme l’un d’entre eux évoluant avec l’équipe manchote d’Avranches évoluant en National. A des années lumière des salaires de nos stars comme Mbappé, qui, mercredi soir, va retrouver sur son chemin et couloir son partenaire de club Hakimi …et si Dieu le veut (pure provocation) en finale un autre de ses coéquipiers du PSG, l’argentin Lionel Messi, le dernier des rois du ballon rond encore présent après les éliminations, les larmes aux yeux, de Ronaldo et Neymar qui ne gagneront jamais une coupe du monde.

Et toujours pour aggraver mon cas désespéré comment ne pas se « prosterner » devant la réussite de celui qui depuis des années est l’un de mes joueurs préférés pour son magnifique état d’esprit et son abnégation au seul profit du collectif, ajoutés à son talent, mais tellement décrié, Olivier Giroud. Qui aujourd’hui est porté aux nues par les mêmes qui le considéraient comme un has-been il y a si peu et guère mieux qu’un remplaçant. Et encore. Et lui, ce n’est pas un chat noir contrairement à d’autres ! Il n’est peut-être pas « ballon d’or » mais bien « tête d’or ». Cette coupe il l’a déjà remportée il y a quatre ans sans même « planter » un seul but ! Et quel nouveau coup de « boule » et cet envol au dessus des têtes des défenseurs anglais…Un pur chef d’oeuvre.

Comme quoi l’équipe de France (qui doit éviter les erreurs monstres dans la surface de réparation comme celles de deux de ses joueurs ayant causé deux pénaltys) ) peut aussi gagner sans sa gloire que le monde du football nous envie, « Kiki » qui est loin d’avoir livré son meilleur match contrairement au dernier rempart du onze de Didier Deschamps, Hugo Lloris, pourtant chambré toute la semaine par les tabloïds britanniques le considérant comme le « maillon faible du groupe français » qui nous sort des parades décisives.

Un ultime clin d’oeil à mes ami (e)s élus (e) s d’Evreux, une pépinière à futurs champions, avec ce duo féminin arborant de superbes maquillages et drapeau aux couleurs tricolores et supportrices de charme de l’équipe de France, Stéphanie et Karêne, une brune et une blonde…qualifiées pour un « demi » ! A consommer sans modération. Mercredi, shorts et maillots obligatoires pour ces deux sportives ayant pour compagnons, l’une un désormais ex-président du club de foot et l’autre, toujours président de celui de rugby de la capitale de l’Eure. J’espère par ailleurs que leur collègue et ami Driss Ettazaoui, fidèle supporter des équipes de France et du Maroc, se fera confectionner pour l’événement un maillot aux couleurs des deux équipes. Cela ne va pas être facile pour lui. La performance de ses joueurs préférés lui a déjà coûté cher hier dans un pub de la ville, où il regardait avec ses amis le match en offrant une tournée générale ! Reste chez toi mercredi, Driss, tu feras des économies et tu sècheras tes larmes de joie ou de tristesse en plus grande confidentialité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :