Un peu de fraternité…nom de Dieu ! Tout « beigne » chez les Insoumis…têtes à claques !

Pas de pronostic (risqué) aujourd’hui sur le résultat final d’une nouvelle rencontre historique opposant le Maroc à la France pour une place en finale contre l’Argentine. Pour un dernier tango gagnant à Doha, dimanche. Et pas davantage, encore moins, sur le nombre de boutiques susceptibles d’être vandalisées dans la capitale et ailleurs sur notre territoire et le nombre d’interpellations d’où qu’elles viennent de porteurs de maillots pas spécialement sportifs. Croisons les doigts pour que tout se passe pour le mieux. Ou le moins pire. Coté stade et sportif et côté troisième mi-temps. Troubler l’ordre public n’est pas un droit…Et encore moins un jeu. Celui de se servir comme les Gilets jaunes il y a trois ans, dans les vitrines pour compléter les cadeaux de Noël ! Il y en a tellement sur notre sol qui ne souhaitent, certains pour des raisons politiques, que des violents débordements…

Un peu de fraternité, nom de…Dieu ! Côté score, prudence, grande prudence. Ne vendons pas d’avance la crinière des lions de l’Atlas… Même si comme dans la chanson de Henri Salvador« dont Mbappé est un peu le sosie lorsqu’il se marre « Dans la jungle, la terrible jungle, le lion est mort ce soir »!

On connaît en revanche l’identité d’un véritable cinq majeur plutôt visible sur un parquet de basket: celui de la « dream-team » de la France insoumise. Avec une sélection privée de plusieurs de ses meilleurs joueurs « historiques ». Un mixte mis sur la touche. Excusez du peu: Clémentine Autin, Raquel Garrido, Alexis Corbière, Eric Coquerel et François Ruffin, autant de députés non retenus pour former le nouvel état-major autour du grand coordinateur et remplaçant du « rouquin » du nord, Adrien Quattenens. En la personne de Manuel Bompard, l’exécuteur presque testamentaire du grand gourou Jean-Luc Mélenchon. Le ménage ou la grande purge digne de l’époque stalinienne (toutes grandes proportions gardées) avec ses dirigeants. Sans les déportations dans des goulags fort heureusement. Et une issue fatale. C’est beaucoup plus soft au sein de la grande maison insoumise qui, hier, aussi, a puni…très sévèrement l’un des siens (on peut se marrer) le « petit quinquin » du beffroi lillois prénommé Adrien, condamné à quatre mois d’exclusion sur le bancs du groupe de LFI dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale.

Une radiation limitée donc dans le temps et un retour conditionné aussi au suivi d’un stage de sensibilisation sur les violences faites aux femmes. Elle n’est pas drôle cette justice interne chez les insoumis où tout ne… »beigne » pas ! Une terrible punition en effet consécutive à sa condamnation-judiciaire elle-de quatre mois de prison avec sursis après sa gifle infligée à son ex-compagne et l’envoi de messages jugés peu délicats. Comme la contre-attaque du parlementaire à l’égard de son ex qu’il « éclabousse » sévèrement sur le site internet de « La voix du nord ». La victime c’est lui comme précédemment son principal soutien, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré « La république c’est moi »..

Le banni provisoire qui évoque un « lynchage médiatique » (ce qui n’est pas totalement faux) dont il a été l’objet balance que les fuites des éléments à charge de cette séparation douloureuse auraient été orchestrées par des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, les affreux informateurs de cette main courante dans la presse.

Une accusation jugée diffamatoire pour l’ensemble des agents de la police nationale, par son voisin ch’timi de la place Beauvau, Gérald Darmanin, annonçant le dépôt d’une plainte pour diffamation. Du tacle au tacle. « S’il a des preuves qu’il les montre » a réagi le patron des « poulets ».

Ses allégations contre Beauvau ont disparu curieusement des colonnes « papier » ce matin du quotidien des Hauts-de-France…Le « petit quinquin » de JLM, son père spirituel dont il était l’héritier putatif jusqu’au mois de septembre dernier, ne serait-il plus aussi sûr de ses « biscuits » ? Les informateurs viennent souvent de l’intérieur, mais pas le même ! En attendant le combatif a bien l’intention de poursuivre son mandat électif au palais Bourbon « quoiqu’il arrive » Ses amies, surtout, de l’intérieur sont prévenues !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :