Pour voir comme au poker ?

Une hirondelle sondagière ne fait pas toujours le printemps. La preuve avec cette orgie indigeste d’enquêtes d’opinion dont la dernière en date a dépassé les frontières du ridicule. L’institut Elabe, le même qui un an avant la dernière présidentielle donnait Marine Le Pen gagnante, nous refait le coup reprenant dans son sondage au résultat soit-disant « choc » avec ce qui est curieux les mêmes candidats que la dernière fois. A savoir tout particulièrement Emmanuel Macron qui, comme chacun sait, ne peut pas briguer un troisième mandat consécutif. « Fifille » Le Pen qui surfe avec une grande délectation sur l’actuelle impasse politique dont on ne voit pas la sortie, l’emporterait haut la main en obtenant 55 % des suffrages contre 45 % pour son adversaire qui l’a déjà battue à deux reprises et qui, par voie de conséquence, serait qualifié au second tour devançant une fois encore Jean-Luc Mélenchon. Comme quoi « M.le maudit » honni par son peuple a encore « quelques » supporters ! Un exploit ahurissant.

Ne reculant devant aucun sacrifice le même institut balance dans la foulée une autre enquête sur les législatives découlant de cette présidentielle. C’est très osé. Surtout que là la NUPES remporterait entre 150 et 180 sièges, comme le Rassemblement national et le parti « Renaissance » (130 à 150 ) Soit une Assemblée encore plus bloquée que l’actuelle avec ses trois blocs. Des fourchettes d’autant plus fantaisistes dans l’hypothèse d’une victoire de l’héritière du patriarche. En dépit d’une nouvelle potentielle défaite le « gars » Jean-Luc réussirait à faire passer peut-être le même nombre de députés que le camp mariniste. Un peu de sérieux !

Un second sondage tout aussi audacieux à quatre ans de l’échéance nous offre un « coude à coude » (champagne pour la première et bière pour le second), entre toujours la même et le…maire du Havre, Edouard Philippe. Le grand muet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, qui ressemble davantage à Bernardo qu’au héros masqué Zorro, serait laminé dans cette élection.

Soyons tout de même rassurés. Ca a le temps de changer. Je parierai bien quelques euros d’ici à quelques semaines sur l’apparition du nouvel héros et chouchou de l’espace médiatique dans l’un de ces sondages. Je veux parler du « Super résistant » Laurent Berger, bientôt futur retraité lui aussi de sa centrale syndicale. C’est le nouveau messie en plus radical (presque) que « feu » Martinez. Il marche sur l’eau. Tout l’avenir présidentiel lui appartient. Comme il fait de plus en plus de la politique et se radicalise toujours plus au fil des jours dans son combat personnel avec le chef d’Etat qui le lui rend bien, même s’ils s’en défendent tous les deux. Une inimitié personnelle datant de l’ère Hollande. « Lolo » devrait bien être « essayé » pour figurer dans la liste par les mêmes instituts. Pour voir comme on dit au poker ! Forcément menteur.

Pour en revenir au parti ayant le vent en poupe, grandement aidé par le pouvoir et toutes les oppositions pour une éventuelle prise de pouvoir, c’est très drôle d’apprendre que l’un de ses députés les plus en vue, l’ancien journaliste de télé Philippe Ballard avait effectué une recrue de choix comme assistante parlementaire en prenant la mère de son collègue Sébastien Chenu, vice-président de l’Assemblée nationale. L’intéressée que l’on félicite pour sa « promotion » démarre dans la politique active à l’âge de…75 ans. Copains comme cochons, on sait ce que représente la famille et les amis chez le RN. C’est très fort venant d’un parti qui nous « bassine » aussi depuis des années sur un âge de départ à la retraite (comme LFI) fixé à 60 ans. Ce que n’a jamais proposé » le papa à sa fifille qui verse depuis tant d’années dans le social et la gauche prolétaire. Avec un réel succès auprès des électeurs qui en une génération sont passés pour beaucoup des partis de gauche à la droite extrême. Le malheur du pays et de sa population ça ouvre tellement de perspectives très payantes dans les isoloirs.

Même si son départ n’a pas trop défrayé la chronique, on peut également relever avec le sourire la démission d’un des députés du RN. En l’occurrence le parlementaire du Vaucluse, José Hébras, coupable d’un crime de lèse-majesté à l’égard de sa direction, à savoir celui d’avoir participé à l’inauguration d’une mosquée dans sa ville du Pontet, proche d’Avignon. Ce qui lui a été très vivement reproché par Jordan Bardella et Marine Le Pen. Ca fait désordre dans un tel parti. Tout fout le camp. Soyez aussi rassurés: l’ex-député va retrouver son siège de maire qu’il avait abandonné pour cause de cumul des mandats. Les inlassables donneurs de leçons sur les pratiques politiques de leurs adversaires peuvent aussi en recevoir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :