Glacés ou grillés, les marrons sont de saison dans la grande famille (désunie) de la gauche !

C’est d’une folle élégance. Bien digne de sa personnalité. Et pourtant ce serait toujours son ami selon ses dires. Qu’est-ce que ce serait si ce n’était pas le cas !

L’ex-président à la chevelure péroxydée, Donald Trump, a encore atteint des sommets de médiocrité et vulgarité. En accusant Emmanuel Macron d’avoir « léché le cul » de son homologue chinois lors de son visite d’Etat dans l’Empire milieu pour avoir invité l’Europe à ne pas être obligatoirement suiviste de la Chine et les Etats-Unis sur la question de Taïwan. C’est goûtu, ça se mange sans faim ! Bon appétit. Ca promet ces retrouvailles éventuelles, si par malheur, le vilain canard yankee retrouvait son fauteuil à la Maison blanche !

L’accueil était autrement plus classe au palais royal d’Amsterdam, où le couple présidentiel Brigitte-Emmanuel était reçu en « grande pompes » pour un fastueux dîner d’Etat. Une toute autre ambiance que celle, quelques heures plus tôt, dans une université de la ville de la Haye pour son discours sur l’Europe, où quelques manifestants-militants ont un poil perturbé le propos présidentiel. Il était « relax » le « Manu » même si ces images peu flatteuses ont éclipsé la nature de son intervention. Pas de quoi néanmoins en faire une montagne surtout dans un pays très plat. Même si on peut considérer en revanche comme très légère la sécurité batave. Très permissive. A la sauce hollandaise…Il y a même eu un bis ce matin avec un énergumène hostile à la réforme de la retraite en France (celle à 67 ans est programmée à l’automne aux Pays-Bas) s’étant rapproché du chef de l’Etat haranguant qu’il était « bien là « l’hymne répétitif de la colère des bruyants « contemplateurs » du Président. Il n’y a plus de frontières pour exporter sa vindicte! De là à conseiller « Macron II » à se déplacer en Corée du Nord où les risques de désordres sont limités ! Il n’est plus à une disruption près.

C’était quand même beaucoup moins chaud que les images du président Jacques Chirac éructant avec raison dans les rues de Jérusalem lors d’un déplacement resté très marquant dans l’histoire des voyages à l’étranger de nos présidents successifs.

Dans notre hexagone, il a surtout été question d’une autre guerre, celle opposant les « curiaces » ou plutôt coriaces Insoumis aux « horaces » verts et roses. Avec ce pitoyable et joué d’avance scrutin en interne de réintégration toute aussi royale: celle du rouquin gifleur Adrien Quattenens, qui a purgé sa peine de quatre mois de banissement du groupe LFI. La belle affaire. Quelle hypocrisie. Un vote décidé par le tout puissant Jean-Luc Mélenchon qui imposait le retour parmi les siens de son protégé, son fils spirituel. Le dauphin choisi pour sa succession. Le plus tard possible. Une quinzaine de députés LFI s’y sont opposés. Contre une quarantaine de soumis. Un bel esprit d’indépendance. Les vertes féministes dont Sandrine Rousseau se sont « étranglées » de colère et même le premier des socialistes, Olivier Faure, a élevé le ton pour stigmatiser avec ses petits poings vengeurs cette réhabilitation jugée « inacceptable ». Ambiance et cotillons dans la grande famille désunie de la NUPES qui, en revanche, a réfusé d’introniser dans son groupe la nouvelle élue de l’Ariège, une socialiste dissidente coupable de haute trahison à savoir avoir battu sévèrement la sortante insoumise!

Ils sont trop forts les éternels donneurs de leçons de LFI alors qu’ils auraient pu tirer les marrons du feu de la crise politique et sociale, les marrons ils se les envoient en pleine figure. Et forcément ça laisse des traces. Et là les policiers ne peuvent pas être accusés de violences…Leurs alibis sont « béton » ! Ils n’ont pas leurs entrées à l’Assemblée nationale.

L’événement est passé inaperçu par la faute de l’actualité mais le futur retraité le plus célèbre de France, Philippe Martinez, a repris le chemin non pas de l’usine (il ne faut pas non plus exagérer) mais bien de la Technopole Renault de Guyancourt en région parisienne. Pour devenir sur le tard chargé de mission. Forcément tenue secrète . Il se prépare à endosser le rôle du futur James Bond. C’est un scoop mondial. Quelles retrouvailles pour cet ouvrier de la marque au losange dont la carrière professionnelle a été trés écourtée pour cause de responsabilités syndicales. N’ayant pas tous ses trimestres, le malheureux, âgé de 62 ans, va devoir effectuer un « rab » de six à neuf mois. Bon courage « Philou ». Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Tes derniers collègues de « boulot » ne vont pas trop t’embêter et tu pourras toujours manifester en fond de cortèges…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :