Une honte potentielle dans le bruit et la fureur !

C’est un vrai cours d’histoire en…raccourci à lui seul. Ou comment passer de l’époque « Renaissance » plutôt flamboyante dans certains de ses aspects, sous François I er, à la Révolution. Ca se passait hier devant la…petite Bastille du parti présidentiel qui, à défaut d’être vraiment pris d’assaut, a reçu devant les murs de son QG plus contemporains un concerto en casseroles mineur de quelques dizaines de solistes ayant pour slogan « Louis XVI on t’a décapité, Macron, on peut recommencer ». Les coupeurs de tête et chasseurs de scalp étaient notamment conduits par le député insoumis Thomas Portes, toujours ouvert et jamais en grève dans les plus mauvais coups contre la démocratie et le respect des institutions et par un homme censé professionnellement venir plutôt en aide à ses patients, l’une des figures radicales de la profession médicale, l’urgentiste syndicaliste Christophe Prudhomme, venu avec son écharpe (l’homonyme du directeur du Tour de France cycliste au niveau de son nom) qui en connait un rayon de bicyclette depuis des années sur l’outrance verbale et une politisation qui lui a valu d’être élu aux dernières régionales sous les couleurs de la France insoumise.

On comprend mieux aussi pourquoi le gourmand « Gégé » Larcher ne veut pas servir un roi qui pourrait très vite perdre la tête ! Plus sérieusement le président du Sénat a officialisé hier son intention de décliner « si ON (le chef de l’Etat) lui proposait  » de remplacer « Baboo » Borne, la B.B de la politique française plus proche de se « mouler » dans le rôle de « En cas de malheur » que de celui iconique de son premier pygmalion et mari, Roger Vadim, auteur de l’immortel « Et Dieu créa la femme » qui lança la carrière de sa belle.

Qui peut imaginer que le fin politique « Gégé » en pleine campagne pour le renouvellement de son sacre à la tête du « plateau » (le « perchoir » c’est l’autre maison) aurait pu « éventuellement » faire durer le suspense intenable sur ses intentions. Qui n’auraient pas eu le meilleur effet pour se faire réélire par ses pairs LR du palais du Luxembourg. Pairs et impairs, l’ancien « véto » a fait le choix d’une vraie prudence de sioux de la forêt de Rambouillet. Il sera toujours temps pour lui le moment venu…après le renouvellement de septembre de la Haute Assemblée de revoir sa position. Le cas échéant !

Une prudence qui toujours hier après-midi a manqué à d’autres de nos compatriotes dans un autre paysage forestier, guère plus de deux à trois cents manifestants, qui ont bravé bien des dangers pour envahir une autoroute du côté de Val-de-Reuil dans l’Eure. Pour dénoncer (je m’en suis déjà fait l’écho pour l’annoncer) le projet de contournement est de la métrople rouennaise dans les cartons depuis tant d’années. Et le plus drôle, si l’on peut dire c’est que les manifestants, certes non violents étaient…armés de branchages extraits de la forêt de Bord (la protection de la nature qu’est-ce qu’on en fait ? ) pour bloquer les deux sens de circulation. Merci au tribunal administratif de Rouen pour son refus d’utilisation des drones réclamés. Ils auraient peut-être pu aider les forces de l’ordre à prendre de la hauteur et anticiper les blocages tout aussi périlleux pour les automobilistes. Les « Soulèvements de la terre », locaux, les mêmes que ceux de Saint-Soline, mais en moins extrémistes, à la « cime » de cette mobilisation se sont félicités de la réussite médiatique de leur coup de force…un jour de grande circulation sur l’autoroute de Normandie « un peu » fréquentée en ce week-end. C’est vrai que la concurrence se révélait sévère avec les festivités du couronnement de Charles III, suivies par plus de 9 millions de nos sujets aux heures de pointe de la cérémonie. Il fallait donc faire le buzz ! Et essayer de sensibiliser les médias.

Et dire que chez nous en France des millions de nos compatriotes restent fascinés par la couronne britannique, ses fastes et ses frasques…alors que dans le même temps, dont en partie les mêmes, ne cessent de rêver à la décapitation de son roi républicain. Qui, ce jour d’Armistice rendra hommage avec ou sans concert de casseroles (tellement puérils) interdits (un zèle tout aussi imbécile) par les préfets de Paris (pour le matin) et Lyon (l’après-midi) à l’occasion des deux déplacements du Président. Et dire qu’un leader syndicaliste de FO de la cité des Gaules, a osé prétendre que Jean Moulin, un homme de gauche, n’aurait jamais fait interdire de telles manfestations. C’est tellement facile de profaner en quelque sorte le nom de l’ancien préfet tué sous les tortures nazies et le faire parler à titre posthume. Ce serait d’une indécence folle et même davantage que cet hommage au fort de Montluc, là-même ou le chef de la Résistance choisi par le général de Gaulle, fut emprisonné puis tué, donne l’occasion à quelques pauvres révisionnistes de l’histoire à l’esprit sans culotte, de manifester dans le bruit et la fureur…Une honte potentielle ! Qu’on le laisse plutôt reposer en paix au Panthéon…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :