C’est beau mais aussi très laid !

C’est étonnant que les opposants à Emmanuel Macron ne se soient pas encore manifestés bruyamment au fait que la France mette à disposition du président ukrainien pour ses déplacements très symboliques un avion aux couleurs de la République. Volodymyr Zelensky doit bien apprécier ce petit privilège accordé. Il aime les avions le président ukrainien. Surtout ceux de chasse même si là, la mode est plutôt à l’aviation américaine et ses F 16 avec un tournant peut-être déterminant dans sa contre-attaque attendue contre la Russie, le feu vert de Washington (et pourtant Joe l’américain, jusqu’à peu, n’était pas chaud à cette hypothèse) à la livraison d’une flotte aérienne et la formation de ses pilotes. En attendant le héros ukrainien et d’une bonne partie du monde si l’on excepte principalement l’Afrique très russophone dans son ensemble, poursuit sa tournée à bord d’un avion siglé aux couleurs tricolores. Cocorico. Quelle pub pour l’Airbus 330 ! Et il en voit des pays depuis quelques jours. Alors que son ennemi russe est contraint lui de rester prisonnier de ses propres murs puisque empêché de sortir de son pays. Qui accepterait accueillir à bras ouverts et chaleureux ce nouveau paria ? La Biélorussie chez l’un de ses collègues dictateurs à ses frontières, on peut s’en passer comme de la Tchétchénie du « Kamarade » despote Ramzam Kadyrov !

Après une réception par ses alliés de quatre capitales europeennes, l’autre semaine, voilà donc « Volo » qui depuis un an et demi est le meilleur ambassadeur du kaki en version vestimentaire guerrière, à Djeddah en Arabie saoudite, où il assistait aux débats d’un sommet de la Ligue arabe. Qui pour la première fois depuis douze ans accueillait de nouveau l’un des plus célèbres bannis de la planète, le syrien Bachar Al-Assad, de retour dans le concert des riches monarchies du Golfe. Présent et ne mâchant toujours pas ses mots, même face à des interlocuteurs pas les plus bienveillants à l’égard de l’Ukraine puisque pour beaucoup plus proches de l’autocrate du Kremlin, Volodymyr, a volé en quelque sorte la vedette au sinistre et sanguinaire Bachar dont le retour a été grandement éclipsé par sa présence. Ce dont personne ne se plaindra. Bien au contraire. Mais quelque honte d’accorder un nouveau visa de « bienveillance » à l’un des plus grands criminels de guerre de ces quinze dernières années qui devait être heureux de se retrouver nez à nez même autour de la table à petite distance l’ennemi préféré de son allié poutinien préféré et chéri! L’inverse devait être tout aussi vrai.

Cette cohabitation indigne montre bien le double jeu des milliardaires en pétrodollars du Golfe. Ce qui n’est pas nouveau hélas dans ces pays où le mots démocratie et liberté ne font pas partie du vocabulaire du quotidien. Ce retour en grâce certes encore limité à la scène diplomatique régionale pose questions.

D’autres images plus plaisantes devraient faire le tour du monde dans une ville tellement symbolique, Hiroshima, où le même Zelensky, le super invité du G 7, durant lequel il va retrouver pendant deux jours ses amis Joe Biden, le Premier ministre britannique et son…transporteur aérien français (pas seulement) préféré, Emmanuel Macron. Et son hôte japonais, le chef du gouvernement nippon. Plutôt bon que mauvais à l’égard de la résistance ukrainienne. Ce qui n’est franchement pas le cas d’autres grandes puissances invitées aussi à ce sommet comme le président brésilien, Lula et le chef du gouvernement indien, Modi ou l’Indonésie, des pays soi-disant non alignés mais tellement plus proches du maître du Kremlin. Quel succès pour Vladimir Poutine qui aura réussi l’exploit incroyable, à cause de cette guerre, de faire inviter à travers son chef, un pays, l’Ukraine, bien éloigné des…canons des nations les plus puissantes de la planète ! Et quelle image très forte de voir au coeur du réacteur mondial économique et politique, Zelensky, fouler le sol d’une autre ville martyre, Hiroshima, rayée de la carte par des bombes nucléaires américaines pendant la Seconde guerre mondiale !

PS: Les Verts municipaux ne manquent pas d’imagination. Maladive, hélas ! C’est d’ailleurs à ça, notamment, qu’on les reconnait. La preuve, une fois encore à Lyon, où la municipalité vient d’annoncer son intention de mettre en place une tarification très spéciale pour ses emplacements de parking…aérien (sans avoir recours à des Rafales) dans un avenir plus ou moins rapproché. Destinée à alourdir sérieusement la note pour les propriétaires des berlines les plus lourdes. C’est facile et ça peut rapporter gros ce jeu de…l’auto la plus chargée en poids. Un avantage précieux: il ne sera pas nécessaire de choisir ses bons numéros. Avec ses parcmètres et l’obligation d’entrer son numéro d’immatriculation, il va être simple de déterminer la lourdeur du véhicule. Avec à la clé…de voiture forcément, un surpoids très significatif, une autre rafale au niveau des tarifs. Ils pensent vraiment à tout nos écolos pourchasseurs des quatre roues dans le périmètre citadin…En fonction de la voiture, il y aura donc, sauf revirement, une double tarification. Reste à savoir si cette opération démago va être sponsorisée par les constructeurs de petites cylindrées. Et dans les cantines municipales allégées en fonction des goûts de ses élus et surtout de son dégoût à l’égard de certains produits désormais prohibés, y aura-t-il deux poids deux mesures dans l’assiette ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :